fbpx

L’allergie au gluten est une réaction à deux types de protéines. Si on réagit au gluten c’est que notre système immunitaire de premier niveau ne fait plus le travail qu’il doit faire : filtrer ce qui peut rentrer à l’intérieur du corps. Il faut donc le renforcer.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

 

Hello les Allergiques !

C’est Epigenise. Aujourd’hui, j’ai reçu une question sur le gluten. Dans cet épisode, je vais apporter une réponse sur ce qu’est une allergie au gluten, et de tout ce qui est autour du gluten, car c’est un sujet plus complexe.

Le gluten, qu’est-ce que c’est ?

Le gluten est un mot latin qui signifie « colle ». C’est un terme générique pour indiquer deux types de protéines : les prolamines et les gluténines. Ces deux protéines sont appelées « gluten ». Elles peuvent donner de caractéristiques physiques aux aliments dans lesquels elles contiennent. Tous les aliments qui contiennent du gluten ont une caractéristique élastique, aérée et fondant. On remarque bien cette différence entre un pain fabriqué avec des céréales qui contiennent de gluten et celui avec des céréales sans gluten. Le premier est moelleux et plus élastique, tandis que le deuxième est compact.

On trouve le gluten dans les céréales, comme le blé, le kamut, le seigle, l’épeautre, l’avoine et l’orge. Dans ces céréales, il y a toujours du gluten. Quand on est allergique au gluten, on a l’habitude d’éviter ces céréales pour ne pas avoir de réaction allergique. Sinon, il y a certaines céréales qui n’ont pas de gluten, tel que le riz, le sarrasin, la pomme de terre, la patate douce, etc.

Les différents types de réactions au gluten

L’allergie au gluten

Quand le système immunitaire de premier niveau est en immunodéficience, il laisse passer le gluten à l’intérieur de notre corps. Par conséquent, le système immunitaire de deuxième niveau viendra l’attaquer, car le corps n’a pas besoin de gluten (molécules complexes) que sous sa forme simple. Cette attaque s’appelle « la réaction allergique ».

Normalement, les molécules complexes ne doivent pas se trouver dans notre corps en tant que tel. La digestion devrait les transformer en molécules simples pour que le corps puisse les assimiler. Puisque le système immunitaire de premier niveau n’a pas fait son travail (filtrer ce qui peut rentrer ou non dans notre corps), le deuxième niveau prend le relais.

En renforçant le système immunitaire de premier niveau (la peau, les muqueuses, les intestins, les microbiotes), nous n’aurons plus de réaction allergique.

Aujourd’hui, peu de personnes sont allergiques au gluten. Dès qu’on fait une réaction au gluten, on pense toujours à l’allergie. En fait, ce n’est pas toujours une vraie réaction allergique. On peut identifier l’allergie au gluten grâce aux symptômes qui sont semblables à ceux des allergies alimentaires : des plaques rouges, des boutons, de la démangeaison.

Pour aller plus loin, visitez l’épisode « Allergie au gluten, pourquoi ? ».

L’intolérance au gluten

L’intolérance au gluten est différente de l’allergie au gluten. Intolérance signifie que le corps n’est pas capable de digérer le gluten. L’allergie se passe à l’intérieur du corps, tandis que l’intolérance se passe à l’extérieur. Le tube digestif se trouve à l’extérieur du corps. C’est un grand tube ouvert sur l’extérieur. C’est là où se passe l’intolérance. On sentira des douleurs et une difficulté à digérer. On peut aussi avoir une douleur abdominale, de ballonnement, voire des diarrhées.

Visitez l’article « est-ce une allergie ou une intolérance au gluten ? » pour en savoir plus.

La maladie cœliaque

C’est un autre type de réaction face au gluten. Il n’a rien à voir avec l’allergie et l’intolérance, mais a aussi de point commun. En fait, c’est un mélange entre l’allergie et l’intolérance. C’est une réaction du système immunitaire au gluten, mais qui se passe dans le tube digestif. Lors de la digestion, il y a plusieurs éléments sur nos muqueuses intestinales qui viennent trier les éléments contenant dans notre nourriture. La maladie cœliaque est causée par l’absence de ces éléments sur nos intestins, et cela provoque de la digestion extrêmement compliquée.

L’hypersensibilité au gluten

C’est aussi une réaction face au gluten, mais pas obligatoirement au niveau digestif. Cela peut affecter notre santé globale, surtout notre système immunitaire de premier niveau. On sera plus vulnérable aux maladies. Aujourd’hui, plusieurs personnes sont hypersensibles au gluten, sans s’en rendre compte.

Pourquoi cette croissance des réactions au gluten ?

Durant mon parcours pour trouver de solution sur mes allergies, je suis tombé sur ce problème du gluten. J’ai remarqué une hausse de pourcentage sur ces différentes réactions au gluten, bien que les céréales aient permis le développement de la civilisation en Europe. On commençait à récolter une grande quantité du blé très riche en calories. De l’autre côté, l’humanité s’est développée avec autant de réactions au gluten.

En fait, tous ces changements sont liés à « la révolution verte ». C’est une période dans les années 70, où les agronomes ont réussi à transformer les céréales pour avoir plus de rendement. Cette révolution a fait chuter le taux de la famine dans le monde. Aujourd’hui, les blés traditionnels sont très rares par rapport aux blés modernes. À la base, toutes les céréales ont 12 chromosomes. Aujourd’hui, elles ont 42 chromosomes. L’ADN de ces deux types de céréales n’a aucune ressemblance.

Notre corps ne dispose pas de patrimoine enzymatique pour digérer ces céréales modernes, car ce ne sont pas naturels. C’est ce qui provoque les différents types de réactions au gluten.

L’année 1970, le début de la croissance des allergies au gluten

Si on regarde bien, il y a une relation entre la révolution verte, la croissance des allergies. Ces deux évènements ont débuté à partir des années 70. Avant 1970, seulement 3 % de la population est allergique. C’est un chiffre faible et stable. Mais à partir de la révolution verte, le taux des allergiques a commencé à augmenter sans cesse. Aujourd’hui, 30 % de la population est allergique. Selon la prévision de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 50 % de la population serait allergique à quelque chose en 2050.

Ce blé moderne a un impact sur notre santé globale. Celui-ci abîme notre microbiote et détériore nos muqueuses intestinales. Tout cela explique la croissance de la réaction au gluten.

Pour diminuer son allergie au gluten, il faut s’occuper de la cause de l’allergie

Malgré tout cela, il y a une solution. Si on veut arrêter notre allergie au gluten, nous devons travailler sur la cause des allergies au gluten. Éviter le gluten ne suffira pas pour résoudre le problème. On est simplement en train d’éviter d’avoir des symptômes.

En fait, la première cause des allergies au gluten est l’immunodéficience du système immunitaire de premier niveau. Malheureusement, la médecine conventionnée travaille sur le deuxième niveau, car elle croit que le problème vient de là. Pourtant, la cause vient du premier niveau. En tant que naturopathe, je travaille sur les causes des allergies.

Ensuite, nous faisons des allergies au gluten si notre système lymphatique est surchargé. Si on travaille sur ces deux points, nous réussirons à réduire complètement nos allergies.

Pour en savoir plus, visitez l’épisode « les 2 causes des allergies alimentaires ».

Le Cabinet Epigenise pour réduire ses allergies au gluten en 8 semaines, satisfait ou remboursé

Pour aider les allergiques à réduire ses allergies, j’ai monté mon cabinet Epigenise. Ce cabinet se trouve à Paris dans le 16e arrondissement. J’accompagne des personnes en physique et en téléconsultation.

J’ai conçu un programme spécialement pour les allergiques. Ce programme dure huit semaines. J’ai créé ce programme pour moi, étant un ancien allergique. Mais en voyant le résultat sur moi et sur mes entourages, j’ai décidé de rendre accessible ce programme à tout le monde à travers Epigenise. En huit semaines, nous travaillons ensemble sur les 2 causes de vos allergies. Si après huit semaines, vos allergies ne sont pas réduites, je vous rembourse.

Mon programme est « satisfait ou remboursé ». Je fais cela, car je suis sûr du résultat qu’on obtient quand on travaille sur la cause des allergies. Pour avoir une bonne vision de mon travail, je vous invite à consulter les avis de mes clients qui ont laissé leurs témoignages sur Google.