fbpx

L’allergie au gluten est dû à deux critères : le fait d’avoir un système immunitaire de premier niveau qui n’arrive plus à filtrer ce qui peut rentrer ou non. Aussi, d’avoir un système lymphatique qui n’arrive plus à gérer les déchets. Pour réduire cette allergie au gluten il faut s’occuper de ces deux critères.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

 

Hello les Allergiques !

C’est Epigenise. Aujourd’hui, je vais répondre à une question qui m’a été envoyée :

« Pourquoi j’ai des allergies au gluten ? »

L’allergie au gluten est une allergie un peu spécifique. Je vais d’abord parler du gluten, parce que la majorité des informations qu’on nous dit n’est pas tout à fait vraie.

Pour plus d’informations, visitez cet épisode pour savoir comment distinguer une allergie au gluten et une intolérance au gluten.

Le gluten

Le gluten est présent naturellement dans les céréales (les blés). L’histoire autour du gluten a débuté au moment où on a transformé les céréales pour obtenir les blés modernes. Les céréales ou les farines qu’on consomme aujourd’hui proviennent de ces céréales transformées. Cela a commencé à l’époque de la révolution verte. Il y a plein d’informations à propos de ce sujet sur internet.

L’objectif de la révolution verte est de réussir à faire des blés plus productifs, qui s’adaptent à plusieurs sols et saisons, et qui ne sont pas vulnérables face aux insectes. Maintenant, c’est extrêmement rare d’avoir des blés traditionnels.

Cette transformation est aussi partie d’une bonne intention. Ce sont les meilleurs agronomes qui ont travaillé pour réussir à développer ces blés modernes dans les années 70. Tous les pays industrialisés étaient en pleine croissance. Par contre, la famine tue des gènes dans les pays peu développés. C’est pour cette raison qu’ils ont mis en place cette révolution. À partir du moment où ils ont réussi, le taux de la famine commence à chuter.

L’inconvénient de la transformation des blés

Par contre, on n’a pas regardé l’impact de cette transformation. À la base, une céréale est à 12 chromosomes. Mais les blés modernes sont à 42 chromosomes. Les blés deviennent difficiles à digérer par le corps humain.

En fait, le corps a un patrimoine enzymatique. Les enzymes sont comme des petits ciseaux qui viennent découper ce qu’on mange pour transformer le complexe en simple.

Notre patrimoine enzymatique est lié à la nature. Donc, notre patrimoine enzymatique est lié au blé traditionnel. Vu qu’on l’a tellement transformé, le corps ne réussit plus à le digérer.

En plus, on aime bien les aliments moelleux et bien aérés (les pains, les tartes, …). Cette élasticité provient du gluten, qui veut dire « colle » en latin. Si on prend un pain à base du riz (sans gluten), on voit que c’est compact. Plus les pains sont élastiques, plus ils sont commercialisés. Donc, les boulangers et les agro-industriels rajoutent des glutens pour avoir plus d’élasticité.

Aujourd’hui, le problème n’est pas le gluten, mais le blé moderne. Il y a peu de gens qui sont allergiques au gluten. C’est assez rare de voir un système immunitaire qui réagit à cette protéine (le gluten). Par contre, un très fort pourcentage de la population a une hypersensibilité au gluten. Cette hypersensibilité est beaucoup plus rependue que l’allergie au gluten.

La vision de l’allergie au gluten par la médecine conventionnée

Ne pas être allergique au gluten ne garantit pas qu’on n’ait pas de problème avec le gluten. Une très grosse partie de la population a une hypersensibilité au gluten. Cette hypersensibilité est due à cette transformation de blé traditionnelle en blé moderne. Ce dernier a 5 fois plus de gluten que les blés traditionnels.

On va partir de la compréhension de la médecine conventionnée de l’allergie au gluten, ensuite, voir ce qu’elle propose comme traitements. Après, je vais vous expliquer ma stratégie avec mes clients pour réussir à réduire leurs allergies au gluten.

Pour la médecine conventionnée, leur vision est la même que celle des autres allergies : un dysfonctionnement du système immunitaire. Dès qu’il y a des glutens dans notre sang et notre lymphe, le système immunitaire de deuxième niveau va venir l’attaquer. Il prit en grippe cet allergène. Bien qu’elle dise cela, elle ne sait pas pourquoi le système immunitaire dysfonctionne.

Les traitements que la médecine conventionnée propose contre l’allergie au gluten

L’allergie au gluten est une allergie alimentaire. Selon leur vision de l’allergie au gluten, la médecine conventionnée propose des traitements symptomatiques :

  • L’éviction
  • Les médicaments chimiques de synthèse
  • La réintroduction alimentaire

La réintroduction alimentaire a le même principe que la désensibilisation. Pourtant, la Haute Autorité de Santé a dit officiellement que la désensibilisation ne fonctionne pas. Partant de ce fait, la sécurité sociale a baissé son taux de remboursement. Puisque la réintroduction a le même principe que la désensibilisation, je me demande ce que dit la Haute Autorité de Santé à son propos.

En fait, la réintroduction est le fait de se mettre en confrontation à une petite dose de nos allergènes. On monte la dose de plus en plus pour apprendre au corps de se rééquilibrer. J’ai des clients qui l’ont déjà fait, mais ils ont dit qu’il n’y avait pas eu des effets positifs sur ses allergies.

En tout, il en reste deux solutions : l’éviction et les médicaments chimiques de synthèse. Mais les deux ne travaillent pas sur la cause de notre allergène. On ne fait que camoufler les symptômes. On a besoin d’éviter notre allergène à court terme, parce que cela ne sert à rien de souffrir. Par contre, il faut appliquer une stratégie qui travaille sur le long terme, sinon, on reste allergique toute notre vie.

Je ne jette pas les pierres aux allergiques, car j’ai suivi les conseils de la médecine conventionnée pendant 18 ans de ma vie. En faisant cela, j’ai pensé réussir à réduire mes allergies. Mais je me suis rendu compte que je n’avais rien mis en place pour travailler sur la cause de mes allergies. Si on veut avoir un terrain allergique qui évolue, il faut travailler sur la cause d’allergie.

L’allergie au gluten ne tombe pas du ciel, c’est le signal d’un problème

L’allergie est un signal que le corps envoie pour dire que quelque chose ne va pas. En camouflant les symptômes de nos allergies, on va avoir de plus en plus d’allergène. Le corps envoie un signal de plus en plus important si on ne règle pas le problème.

L’allergie au gluten ne fait que croître d’année en année

Il y a un fatalisme énorme autour des allergies. On dit qu’on ne peut rien y faire. Pourtant, si on regarde les chiffres des allergies dans la population française, l’allergie n’a commencé que dans les années 70.

De 1900 à 1970, 3 % de la population est allergique. Il n’y avait aucune croissance. Mais à partir des années 70, un pic énorme commence à arriver, avec une croissance tous les ans. Aujourd’hui, on est à 30 %. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on sera à 50 % en 2050. C’est évident qu’il y a un problème.

Si on réfléchit un peu, la croissance des allergies commence à la période de la révolution verte (dans les années 70).

L’allergie au gluten n’est pas génétique, elle est « épigénétique »

On dit que l’allergie est génétique. C’est totalement faux. J’ai cru à cet argument. Mais aujourd’hui, on sait que ce n’est pas vrai. J’ai fait un épisode complet pour savoir si les allergies sont génétiques ou non. Je vous invite à le voir si vous voulez plus d’informations.

Il y a 30 ans, on a lancé le « Projet Génome Humain ». On avait comme objectif de décrypter l’ensemble du génome humain. Les meilleurs scientifiques ont terminé ce projet il y a 15 ans. On a découvert que 5 % de nos gènes sont « codants ». Ils sont actifs toute notre vie. Ce sont nos caractères physiques : la couleur de la peau, la couleur des cheveux et des yeux, etc.

95 % de nos gènes sont « non codants ». Ils peuvent être activés ou désactivés en fonction de notre hygiène de vie. C’est comme s’il y a des interrupteurs sur nos gènes. Grâce à cette découverte, on sait que les allergies sont « épigénétiques ».

Le gluten n’est pas le problème, il est juste le déclencheur

Il faut noter que le gluten n’est pas la cause de l’allergie, mais son déclencheur. La cause est plus profonde. Les allergènes peuvent augmenter en nombre, mais cela ne veut pas dire que la cause de nos allergies augmente aussi. C’est possible d’avoir plusieurs déclencheurs.

Puisque la vision des allergies est mauvaise, on reste allergiques, parce qu’on ne va jamais travailler sur les causes de nos allergies. Mais si on veut réussir à s’en sortir de l’allergie au gluten, il faut travailler sur la cause des allergies au gluten.

Les deux causes de l’allergie au gluten

On ne va pas rentrer en détail sur ces deux causes, parce que ce n’est pas notre objectif. J’ai déjà fait un épisode sur les 2 causes des allergies alimentaires. Je vous invite à aller le voir.

1- Le système immunitaire de premier niveau

L’allergie au gluten est un problème qui se trouve au système immunitaire de premier niveau. Ce dernier ne fait plus son travail. Par conséquent, les molécules arrivent à rentrer sous une forme inappropriée. Le gluten est une protéine (molécule complexe) dont la digestion doit transformer en acide aminé, grâce au patrimoine enzymatique. Le corps ne peut assimiler que des acides aminés.

Dès que le système immunitaire de deuxième niveau rencontre le gluten, il va l’attaquer. C’est la réaction allergique. Nous disons que cette attaque n’est pas normale. En vérité, c’est normal. C’est la protéine qui a réussi à rentrer dans notre corps qui n’est pas normal.

Le problème est donc au niveau du système immunitaire de premier niveau. Il n’arrive plus à filtrer ce qui peut rentrer ou non dans le corps. Ce système est très important. Pourtant, on ne nous en parle jamais quand on fait des allergies.

Le système immunitaire de premier niveau représente 80 % de notre immunité. Il est important de le renforcer. En renforçant le système immunitaire de premier niveau, nous n’aurons plus de réaction allergique.

2- Le système lymphatique

La deuxième cause est le système lymphatique trop chargé. C’est le système de gestion des déchets du corps. Pour réussir à réduire ses allergies sur le long terme, il va falloir l’accompagner et réussir à l’alléger.

Epigenise pour réduire ses allergies au gluten en 8 semaines, satisfait ou remboursé

Je travaille avec mes clients sur les deux causes des allergies. J’ai monté un cabinet qui s’appelle Epigenise. Il se trouve à Paris dans le 16e arrondissement. Je consulte des personnes en physique ou en téléconsultation. J’ai créé un programme de huit semaines que je personnalise pour chacun de mes clients.

Ce programme est « satisfait ou remboursé ». Si, en suivant mes conseils pendant les huit semaines, vous êtes encore allergique, je vous rembourse. Je fais cela pour plusieurs raisons. Premièrement, je souhaite qu’Epigenise permette à tous les allergiques de réduire leurs allergies, en travaillant sur la cause de leurs allergies. Deuxièmement, en tant que naturopathe, je veux engager ma responsabilité. J’ai vu des professionnelles de santé (médecins et thérapeutes de médecine douce) qui m’ont promis de réussir à stopper mes allergies. Mais les résultats n’étaient jamais au rendez-vous. J’ai perdu du temps et de l’argent, mais personne ne m’a remboursé. Aujourd’hui, je veux m’engager sur le résultat que je promets à mes clients.

Vous pouvez déjà consulter les témoignages de mes clients qu’ils ont mis sur Google.