fbpx

Quand commencer le traitement contre l’allergie au pollen va dépendre du traitement choisi. Les traitements médicamenteux sont des traitements curatifs donc à prendre pendant la crise. La désensibilisation devrait être commencée 4 mois avant la période de pollinisation, mais la Haute Autorité de Santé (HAS) a dit officiellement que cela ne fonctionnait pas donc il n’y a pas trop d’intérêt d’utiliser un traitement qui ne fonctionne pas. Si on utilise le traitement naturel pour réduire ses allergies alors on peut commencer quand on veut, mais si on veut pouvoir voir les résultats sur nos allergies alors il faut commencer le traitement naturel 3 mois avant l’arrivée des pollens.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

 

Hello les Allergiques !

C’est Epigenise. Aujourd’hui, je vais répondre à une question qu’on m’a envoyé sur mon e-mail :

« Quand commencer les traitements contre les allergies au pollen ? »

Pour répondre à cette question, on va parler des traitements, ensuite, je vous dirai le moment où on doit les commencer.

Deux types d’accompagnement possibles : médecine conventionnée et traitement naturel

On a deux (2) types d’accompagnement possibles quand on fait des allergies au pollen :

  1. La médecine conventionnée
  2. Les traitements naturels

J’ai fait un épisode qui parlait du soin naturel possible aux allergies au pollen. Dans cet épisode, je vais parler des deux traitements, puisqu’ils ne font pas la même chose contre les allergies au pollen. Ensuite, vous pouvez choisir l’accompagnement mieux adapté pour vous, selon le résultat que vous attendez.

La médecine conventionnée travaille sur les symptômes des allergies au pollen, pas sur les causes

La médecine conventionnée ne s’occupe que des symptômes des allergies, car elle ne connaît pas les causes. Donc, elle ne peut pas inventer une solution pour résoudre les causes des allergies. Pour avoir plus de détails, je vous invite à regarder l’épisode où j’ai étalé les différents traitements des allergies respiratoires :

1- L’éviction

On essaie de fuir nos allergènes (pollen de graminée, d’herbacé, d’arbres, …). Nous utilisons naturellement cette méthode sans attendre le conseil d’un allergologue. Pas comme avec les allergies cutanées ou alimentaires, c’est extrêmement compliqué d’éviter le contact avec les pollens. On ne peut pas maîtriser tout ce qu’il y a dans l’air. Nous pouvons juste réduire la quantité de pollens avec lesquels on va être en contact.

Avec l’éviction, on ne travaille pas sur la cause de nos allergies. On est juste en train de fuir notre allergène pour avoir le moins de crises possible.

2- Les traitements médicamenteux

On utilise les traitements médicamenteux pour traiter les symptômes. Il existe plusieurs médicaments, mais le plus classique est les antihistaminiques. Ce médicament sert à bloquer la libération de l’histamine pour empêcher la confrontation entre l’anticorps et l’antigène. Cela entraîne la diminution de la réaction allergique.

Cette méthode ne travaille pas sur la cause de nos allergies. Quand on arrête de prendre ces médicaments, on est toujours allergique.

3- La désensibilisation

Selon la médecine conventionnée, le dysfonctionnement du système immunitaire provoque l’allergie. La désensibilisation vient rééduquer le corps afin de lui faire accepter le pollen. J’ai déjà fait les 2 types de désensibilisation qui existent. Avant, on faisait une piqûre toutes les semaines chez notre allergologue. Maintenant, on prend des gouttes sublinguales (goutte qu’on met sous la langue tous les matins, à jeun).

Officiellement, la Haute Autorité de Santé (HAS) a annoncé que la désensibilisation n’avait aucune preuve scientifique. D’après leur recherche, cette méthode ne fonctionne pas. Ainsi, la sécurité sociale a arrêté le remboursement de la désensibilisation, comme l’homéopathie, puisque celle-ci ne marche pas.

Après un accord entre la HAS et les allergologues de France, ils sont arrivés à la conclusion de rembourser à 15 % au lieu de 85 %.

4- Laisser faire le temps

Selon la médecine conventionnée, l’allergie tombe du ciel, et elle peut repartir par hasard. Nos médecins nous proposent qu’avec le temps, cela puisse partir.

En bref, on remarque bien que tous ces traitements ne travaillent pas sur la cause des allergies, non sur les symptômes. Sinon, les traitements médicamenteux et l’éviction sont intéressants à court terme. Cela ne sert à rien de souffrir pour rien. Cependant, il faut l’accompagner avec une stratégie à long terme pour soigner totalement ses allergies au pollen, en travaillant sur la cause du problème.

Quand commencer son traitement de la médecine conventionnée contre l’allergie au pollen ?

Dès qu’on fait des allergies au pollen, on pratique automatiquement l’éviction. Avec les médicaments, on les prend souvent quand la crise d’allergie apparaît. Certains médicaments peuvent être pris un ou deux mois avant l’arrivée des pollens. Quant à la désensibilisation, il faut la commencer 3 à 4 mois avant la saison des pollens.

Les allergies au pollen ne sont pas génétiques, mais épigénétiques

Aujourd’hui, il y a un fatalisme autour des allergies au pollen. On dit que les allergies sont génétiques. Pourtant, cela fait déjà 15 ans qu’on sait que les allergies ne sont pas génétiques, mais épigénétiques.

Il y a 30 ans, un projet appelé « Projet Génome Humain » a été lancé, dans le but de décrypter l’ensemble du génome humain. Si on réussit, on pourra prévenir toutes les maladies du monde. Dans sa théorie, c’était un projet génial.

Ils ont mis les meilleurs scientifiques et des milliards d’euros sur le projet. Au bout de 15 ans, ils ont réussi. Cependant, on a vu le contraire de ce qu’on attendait. On a découvert que seulement 5 % de nos gènes sont « codants ». Cela signifie qu’ils sont marqués dans le marbre, et on ne peut rien y faire. Ces gènes sont nos traits physiques, comme la couleur de nos yeux, de notre peau, de nos cheveux, …

Ensuite, les 95 % restants de nos gènes sont « non codants ». Cela veut dire qu’ils peuvent être activés ou désactivés en fonction de notre hygiène de vie, comme notre alimentation, notre relation sociale, … Des centaines de milliers de facteurs peuvent influencer l’activation ou la désactivation de ces gènes. Cette science s’appelle « l’épigénétisme ».

Seulement 5 % de nos gènes sont génétiques, et le reste est épigénétique. Désormais, c’est irrationnel de dire qu’on ne peut rien y faire aux allergies. Je peux prouver cela dans mon cabinet Epigenise, qu’au bout de huit semaines, on peut maîtriser ses allergies.

Il y a une croissance exorbitante des allergies à partir des années 70

L’évolution des allergies vient appuyer aussi cette découverte. En fait, avant les années 70, seulement 3 % de la population française et d’autres pays européens est allergique. Ce chiffre restait stable pendant environ 70 ans. Mais à partir de 1970, une croissance de 5 % par an d’allergie arrivait. Cette croissance ne s’est jamais arrêtée de croître. Aujourd’hui, 30 % de la population est allergique. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 50 % de la population mondiale sera allergique à quelque chose en 2050.

L’allergie est un signal que le corps envoie

Il faut savoir que l’allergie est un signal que le corps nous envoie. Quand on essaie de traiter naturellement ses allergies, on doit comprendre que le corps ne dysfonctionne pas. Il fait exactement ce qu’il doit faire. Mais il faut comprendre pourquoi il nous envoie ce signal.

Malheureusement, nous essayons de cacher ce signal au lieu de le régler. C’est pour cette raison que tous les allergiques restent allergiques, car en essayant de camoufler un problème, celui-ci s’empire. Pour résoudre ce problème, il faut connaître la cause, et d’y travailler.

Travailler sur les 2 causes des allergies au pollen pour réussir à les soigner

Je vais juste présenter ce sujet brièvement, mais vous pouvez visiter l’épisode sur les 2 causes des allergies au pollen pour avoir l’information complète.

1- L’immunodéficience du système immunitaire

La première cause est l’immunodéficience du système immunitaire. C’est complètement différent de médecine conventionnée qui dit que le système immunitaire est déréglé. En vérité, l’immunodéficience du système immunitaire signifie que le premier niveau du système immunitaire n’arrive plus à faire son travail. Ce premier niveau est composé de la peau, les muqueuses, l’acidité de la peau et les mucus sur ces muqueuses.

Le microbiote prend aussi la plus grande partie du système immunitaire de premier niveau. Aujourd’hui, on sait que ce premier niveau représente 95 % de notre immunité. Pourtant, on ne nous en parle jamais quand on fait des allergies.

Le deuxième niveau du système immunitaire, c’est le système immunitaire humoral. C’est là où il y a la réaction allergique quand l’anticorps attaque l’antigène. À cause de cette réaction dans le deuxième niveau, on pense que le problème vient de là. En fait, c’est une explication erronée des allergies. Si des pollens se trouvent à l’intérieur de notre corps, c’est parce que le système immunitaire de premier niveau n’a pas fait son travail.

Si on ne veut pas trouver des pollens dans notre corps, il faut renforcer notre système immunitaire de premier niveau.

2- Le système lymphatique surchargé

C’est aussi un système dont on ne nous parle jamais quand on fait des allergies. Pourtant, c’est un système très important quand on veut réduire ses allergies sur le long terme. C’est le système de gestion des déchets du corps. En fait, une grande partie du système immunitaire se trouve à l’intérieur du système lymphatique. Ainsi, pour réussir à réduire ses allergies sur le long terme, il faut décharger son système lymphatique.

Quand commencer son traitement naturel contre l’allergie au pollen ?

Dans la théorie, on peut commencer le traitement naturel dès que vous savez que vous êtes allergiques. En tant qu’allergie saisonnière, mes clients attendent souvent l’arrivée de la saison du pollen pour venir chez moi. Ils pensent que si on travaille sur la cause des allergies en dehors de la saison pollinique, on n’est pas confronté avec ses allergènes. En fait, si vous voulez réellement passer à l’action, il faut y aller dès qu’on peut.

À toutes les personnes que viennent pour la première fois chez Epigenise, je vous conseille de venir 3 mois avant la première crise d’allergie. Nous mettrons cela en place ensemble pour ne plus avoir de réaction allergique à la prochaine saison pollinique. Il ne faut pas attendre l’apparition des symptômes des allergies au pollen pour les soigner.

Epigenise pour réduire ses allergies au pollen en 8 semaines, satisfait ou remboursé

Je propose ce traitement dans mon cabinet Epigenise. Nous nous situons à Paris dans le 16e arrondissement. J’accompagne les allergiques en travaillant sur les 2 causes des allergies. J’accueille mes clients en physique et en téléconsultation, pour permettre à chacun de vérifier qu’ils peuvent maîtriser ses allergies, en travaillant sur les 2 causes des allergies.

Je n’ai pas de problème si mes clients utilisent d’autres méthodes en parallèle. Il faut juste noter que je ne travaille pas sur les symptômes, mais sur la cause pendant huit semaines.

Je propose plusieurs services, y compris un programme exceptionnel « satisfait ou remboursé ». C’est-à-dire, si vous suivez mes conseils pendant huit semaines, mais vous avez encore vos allergies, je vous rembourse. Je crois qu’aujourd’hui, les thérapeutes de santé doivent prendre leur responsabilité sur le résultat.