fbpx

La première cause des allergies aux serpents est un système immunitaire en immunodéficience. Il faut le rebooster. La deuxième cause des allergies aux serpents un système lymphatique surchargé. Il faut l’aider à se décharger. Tout cela pour réussir à maitriser ses allergies en 8 semaines.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

 

Hello les Allergiques !

C’est Epigenise. Aujourd’hui, on va parler des deux causes des allergies aux serpents. J’ai reçu une question de Laurent qui me demande :

« Pourquoi je suis allergique aux serpents ? »

L’objectif de cette vidéo est de parler des allergies aux serpents.

Comprendre la vision classique des allergies pour comprendre les allergies aux serpents

Pour comprendre les allergies aux serpents, il faut comprendre la vision classique des allergies. C’est un système immunitaire qui dysfonctionne et surréagit pour des choses totalement banales. Ces choses banales sont nos allergènes.

On nous propose plusieurs causes possibles pour expliquer les allergies. Ce sont des hypothèses, non des causes officielles. La vision classique ne connaît pas les causes des allergies aux serpents. Elle propose des hypothèses pour expliquer le dysfonctionnement du système immunitaire. 

Il y a plusieurs hypothèses :

  • La génétique (l’hypothèse principale)
  • Le trop d’hygiène dans notre société
  • La pollution de l’environnement
  • L’importation des nourritures et fruits exotiques

Il y en a encore plusieurs causes. On pourra faire des hypothèses spécifiques pour les allergies respiratoires, cutanées et alimentaires. Une, plusieurs ou toutes ces hypothèses viendraient expliquer le dérèglement de notre système immunitaire.

Les hypothèses du développement des allergies aux serpents ne sont pas rationnelles

J’étais allergique depuis l’âge d’un an, jusqu’aux 18 premières années de ma vie. J’ai suivi à la lettre tout le parcours médical classique qu’on peut proposer à un allergique. À 18 ans, j’étais encore extrêmement allergique. Tous les ans, mes allergies ne faisaient qu’empirer. Les symptômes s’aggravaient, et les allergènes augmentaient. Je faisais tout, comme la désensibilisation, tout ce que la médecine conventionnée va proposer à un allergique. Je me disais : « comment je vais faire pour réussir à avoir une vie sympathique ? » Ces allergies ont un impact énorme sur mon quotidien et sur ma relation aux autres. Je me suis rappelé ce qu’Einstein disait : « Ce n’est pas en suivant toujours les mêmes conseils qu’on réussit à avoir des résultats différents ». J’ai passé 18 ans à suivre les conseils de la vision classique, je peux passer encore 18 ans pour voir les autres avis pour faire mon propre avis.

C’était le début de ma deuxième étape sur mes allergies : tester tout ce qu’on peut proposer à un allergique. Le but est pour faire ma propre idée, essayer de comprendre si je peux stopper l’évolution négative de mes allergies. Quand j’ai pris cette décision, j’ai effectué des recherches sur l’évolution des allergies, son impact dans les autres pays, etc.

Depuis 1970, les allergiques aux serpents ne cessent d’augmenter d’année en année

Je découvre que les allergies sont une maladie extrêmement jeune.  Elle a commencé dans les années 70. On a des chiffres sur le taux de pourcentage de la population allergique au début du XXème siècle, en France et dans d’autres pays européens. De 1900 à 1969, on a à peu près 3 % de la population qui est allergique. D’abord, c’est un chiffre très faible. Deuxièmement, il n’y a aucune croissance. Ce chiffre est pareil dans tous les pays européens. Il s’est passé quelque chose dans notre société qui a permis de développer les allergies. Cette histoire de génétique ne peut pas être possible. Ce n’est pas possible que les systèmes immunitaires de tout le monde dysfonctionnassent à partir des années 70.

En fait, j’avais accepté l’histoire de la génétique. J’ai un père qui était allergique. Mais, je voyais autour de moi des gens qui devenaient allergiques vu qu’ils n’avaient aucun cas dans leur famille. 

À partir de 1970, il y avait gros pic. Ce pic ne s’est jamais arrêté depuis cette année. Aujourd’hui, on a 30 % de la population qui est allergique. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en 2050, 50 % de la population mondiale sera allergique à quelque chose. On voit qu’il y a 5 % de croissance par an. Selon l’OMS, c’est la quatrième à maladie au monde.

Lien entre le développement de la société et les allergies aux serpents

Il y a aussi un lien entre le développement de notre société et le taux de pourcentage des allergiques. Dans un pays industrialisé, aujourd’hui, à peu près 30 % de la population est allergique. Par contre, dans un pays non industrialisé, on a à peu près 3 % de la population. Cela veut dire qu’il y a un lien entre l’industrialisation et les allergies. En France et les pays européens, 3 % de la population est allergique avant son industrialisation.

L’argument de dire que tout est génétique n’est pas cohérent. Il y a eu un truc qui s’est passé en 1970. Ce n’est pas tous les systèmes immunitaires de tout le monde qui sont mis d’accord pour dysfonctionner ensemble. Seulement le système immunitaire des personnes dans les pays industrialisés dysfonctionnerait. Pour les pays non industrialisés, ils attendent l’industrialisation de son pays pour dysfonctionner.

Le « Projet Génome Humain » : la découverte de l’épigénétisme

Quand j’ai commencé à comprendre mes allergies, je me suis posé la question : « Est-ce que les allergies sont génétiques ?« . La génétique est un sujet important dans les allergies. J’ai découvert qu’on a lancé un projet, il y a 30 ans. C’est le « Projet Génome Humain ». L’objectif de ce projet était de réussir à décrypter l’ensemble du génome humain. Si on réussit à le faire, on réussira à savoir qui va être allergique de quoi. On saura prévenir toutes les maladies du monde. L’humanité ne sera plus malade. On a pris les meilleurs scientifiques pour travailler sur le sujet. Ils ont investi des milliards d’euros. Au bout de 15 ans, ils ont réussi à décrypter l’ensemble du génome humain. 

En ouvrant le « livre », on pensait que tout était écrit dans le marbre. Mais on découvre que tout est complètement à l’opposé de ce qu’on pensait. On découvre que 5 % de nos gènes sont « codants ». Cela veut dire qu’ils sont gravés dans le marbre et on ne peut rien y faire. Ils vont s’activer pour toujours. Ce sont des caractères physiques. Ce sont la couleur des yeux, de la peau, des cheveux, etc.

On découvre aussi que 95 % de nos gènes sont « non codants ». Ils peuvent être activés ou désactivés. C’est comme s’il y avait des interrupteurs sur ces gènes. Ce sont des facteurs environnementaux qui vont activer ou désactiver ces gènes. La science ne réussit pas à savoir exactement les facteurs qui ont un impact sur ces gènes. Mais en général, ce sont notre alimentation, nos boissons, nos relations sociales, le sport que nous pratiquons, la température, notre relation à la nature, etc. Tous ces facteurs vont avoir un impact sur l’activation et la désactivation de nos gènes.

Les allergies aux serpents ne sont pas génétiques, elles sont “épigénétiques”

Cela fait 15 ans qu’on sait que les maladies ne sont pas génétiques. Elles sont « épigénétiques ». Ce n’est pas scientifique de dire que les allergies au serpent sont une maladie génétique.

C’était la base du début de mes recherches. Cela m’a permis de dire que c’est peut-être possible de maîtriser totalement ses allergies. Si on se met dans une situation où nos allergies ne puissent pas se développer, on va arrêter nos allergies. C’est l’objectif de tout le parcours que j’ai fait. J’allais voir toutes les personnes qui avaient des choses à dire sur les allergies. J’ai testé leurs avis sur moi-même. Cela m’a permis de comprendre les deux causes des allergies.

Le système immunitaire en immunodéficience, la première cause des allergies aux serpents

La première cause pour faire des allergies au serpent, c’est d’avoir un système immunitaire en immunodéficience. C’est complètement différent du dysfonctionnement du système immunitaire. Immunodéficience veut dire que le système immunitaire de deuxième niveau fait son travail, mais pas assez. C’est le système immunitaire de premier niveau qui est affaibli. Il ne dysfonctionne pas.

Comprendre le fonctionnement du système immunitaire pour comprendre les allergies aux serpents

Pour bien comprendre ses allergies aux serpents, il faut comprendre le fonctionnement du système immunitaire. Quand on fait des allergies, on nous explique comme s’il n’existait que le système immunitaire de deuxième niveau. Alors qu’il y a trois niveaux. C’est problématique. Si on n’a pas toute l’histoire, on ne va pas réussir à coller les morceaux.

Le premier niveau du système immunitaire et son lien avec la cause des allergies au serpent

Le premier niveau du système immunitaire, ce sont les barrières physiques et chimiques. Ils viendront protéger le corps des agents pathogènes qui voudraient rentrer de l’extérieur vers l’intérieur. Ces barrières physiques sont la peau, les muqueuses qui filtrent ceux qui sont intéressants ou non.

Ensuite, on a des barrières chimiques. C’est un ensemble d’armes à disposition du corps. Ils se trouvent sur les barrières physiques et vont venir renforcer l’effort de ces derniers. Ce sont l’acidité de la peau et le mucus.

Le microbiote et son lien avec les allergies aux serpents

On a quelque chose qui est extrêmement important pour le système immunitaire de premier niveau. C’est le « microbiote ». On parle toujours du microbiote intestinal, car c’est la base de tous les microbiotes. Mais on a aussi des microbiotes sur toutes nos muqueuses et notre peau. Ce sont comme des petits soldats qui se trouvent sur les frontières. Ils viendront protéger notre corps des agents étrangers.

On sait qu’aujourd’hui, le système immunitaire de premier niveau représente 80 % de notre immunité. C’est la plus grande partie de notre système immunitaire. Pourtant, quand on fait des allergies, on ne nous parle jamais du système immunitaire de premier niveau. Cependant, c’est sur celui-ci qu’il faut travailler quand on fait des allergies.

J’aime bien faire comparer le système immunitaire en un pays. Ils ont le même fonctionnement. Dans un pays, il y a des frontières. Pareil pour le corps, on a les barrières physiques. Il y a aussi des soldats qui vont venir protéger aux frontières. Dans le corps, il y a le microbiote. Ces soldats ont aussi des armes. Ce sont les barrières chimiques qui se trouvent sur nos barrières physiques.

Quand on fait des allergies, c’est que nos frontières ne font plus leur travail. Les frontières ont des trous, les soldats sont fatigués et en sous-effectifs, les armes chimiques ne fonctionnent pas bien. Les agents pathogènes vont rentrer facilement à l’intérieur de notre pays. Ils vont rencontrer l’armée intérieure. Ils vont se battre, puisque ce n’est pas normal qu’ils aient une armée étrangère à l’intérieur de notre pays. C’est la réaction allergique.

Le système immunitaire de deuxième niveau et son lien avec la cause des allergies au serpent

Quand on est allergique, on doit se poser la question : Est-ce que l’allergène est la cause de mes allergies ? Le système immunitaire de deuxième niveau s’appelle l’immunité « humoral ». Il se trouve dans nos humeurs, notre sang note lymphe. C’est là où il y a la création d’anticorps qui va venir attaquer les antigènes. On y trouve les lymphocytes, les macrophagocytes, la libération de l’histamine qui permet le combat contre l’allergène.

Pour bien comprendre l’importance du fonctionnement du système immunitaire de deuxième niveau, il faut comprendre ce que c’est « un allergène ». Aujourd’hui, quand nous présente un allergène, on nous dit que c’est une substance banale. C’est normal qu’elle soit dans le corps. C’est faux ! L’allergène est une substance complexe qui se trouve à l’intérieur de notre corps alors qu’elle ne devrait pas s’y trouver.

Le corps ne peut pas faire rentrer des molécules complexes à l’intérieur du corps telles quelles

Dans la majorité des cas, on est allergique à une protéine. C’est une molécule complexe. Le corps n’est pas capable d’assimiler une molécule complexe de l’extérieur vers l’intérieur sans l’avoir transformée en molécules simples. Il ne peut utiliser que des molécules simples pour faire ce qu’il veut. Le corps va transformer cette molécule complexe en molécules simples grâce à un système qu’on appelle « la digestion ». Il va utiliser des enzymes qui vont venir déstructurer les molécules complexes pour obtenir des acides aminés. Ce sont les plus petites molécules des protéines. Le corps peut assimiler ces acides aminés.

La protéine, c’est comme une maison. Le corps a besoin de construire une maison. Mais il ne peut pas prendre une maison de l’extérieur pour faire sa propre maison. Il va prendre les protéines, les déconstruire pour obtenir les briques. Il va utiliser les briques pour faire des protéines.

La majorité des allergènes sont banals. Par contre, ce n’est pas normal que ces molécules se trouvent à l’intérieur de notre corps telles qu’elles. Le corps ne garde jamais à l’intérieur de lui-même des choses qu’il ne peut pas utiliser. Le système immunitaire de deuxième niveau va venir attaquer ses allergènes. C’est son devoir d’attaquer les agents étrangers qui ne servent à rien.

Comment notre allergène est entré à l’intérieur de notre sang ?

S’il y a une armée étrangère qui se trouve à l’intérieur de notre sang, alors que le système immunitaire de premier niveau représente 80 % de notre immunité. Pourquoi cette armée à la frontière n’a pas fait son travail ? Comment ils ont laissé passer ces agents étrangers qui ne servent à rien au corps ?

C’est la clé de voûte pour réussir à maîtriser ses allergies au serpent : se concentrer sur le système immunitaire de premier niveau. Cela nous permet de maîtriser totalement nos allergies.

Epigenise travaille sur le système immunitaire de premier niveau pour maîtriser ses allergies aux serpents

C’est exactement ce qu’on fait chez « Epigenise » : arrêter de se concentrer sur le symptôme. On doit réussir à refaire un système immunitaire de premier niveau de bonne qualité. Si les frontières sont poreuses, des soldats en mauvaise santé, des armes chimiques non fonctionnelles, notre système immunitaire de premier niveau ne fait plus son travail. Il est en immunodéficience. Le deuxième niveau va obligatoirement réagir. Quand la porte est ouverte, les voleurs peuvent rentrer dans la maison. Dire ce n’est pas normal de combattre les voleurs, on arrête le combat. Ce que nous faisons, c’est de fermer la porte pour empêcher le voleur de rentrer.

C’est exactement ce qu’on fait pour réussir à maîtriser ses allergies. C’est pareil pour réussir à maîtriser ses allergies pour ne plus avoir de réaction à l’intérieur du système immunitaire de deuxième niveau.

Un système lymphatique surchargé, la deuxième cause des allergies aux serpents

Ensuite, la deuxième cause pour faire des allergies aux serpents est d’avoir un système lymphatique surchargée.

Le système lymphatique et son lien avec les allergies aux serpents

C’est un système de gestion des déchets du corps. En gros, il y a des déchets à l’intérieur de notre corps. On a un ensemble de vaisseaux qui vont les récolter. Ces déchets vont être amenés vers des centrales (on a beaucoup de petites centrales dans le corps) qui vont les purifier. Ensuite, quand ils seront purifiés, le corps va les envoyer vers des portes de sortie, qu’on appelle « les émonctoires ». On a plusieurs émonctoires pour faire sortie nos déchets, par exemple :

  • La peau (avec la transpiration)
  • Les poumons (avec l’air)
  • Les reins (avec l’urine)
  • et les intestins (avec les selles)

Le système lymphatique contient la plus grande partie du système immunitaire. Donc, il y a un lien direct entre les deux.

Dans une partie de cet épisode, je vais rentrer un peu plus en détail que la majorité du temps. Dans les autres épisodes, j’essayais de simplifier mon discours, le faire plus court et plus facile à comprendre pour tout le monde.

Les allergies aux serpents, un cas pas comme les autres

En fait, quand on fait des allergies au serpent, ce n’est pas exactement la même chose qu’aux autres allergies. Le serpent va nous mordre. Donc, il va passer outre le système immunitaire de premier niveau. En nous mordant, il va passer les barrières physiques, les barrières chimiques et le microbiote.

Les leucocytes, la première étape du système immunitaire de deuxième niveau contre les allergies aux serpents

Je vais rentrer en détail dans système immunitaire de deuxième niveau, puisque les deux sont très liés. Le système immunitaire de deuxième niveau se passe en plusieurs étapes. La première étape c’est d’avoir des leucocytes (phénomène de phagocytose). Ce sont des cellules qui vont attaquer tous les agents pathogènes qui rentrent à l’intérieur de notre corps. C’est le phénomène de phagocytose : ils vont entourer les agents pathogènes et les tuer.

Les histiocytes, la deuxième étape du système immunitaire de deuxième niveau contre les allergies aux serpents

Ensuite, si cela n’est pas suffisant, il y a d’autres cellules. Les histiocytes continuent le combat des leucocytes contre les agents pathogènes. Ils combattent contre les agents pathogènes encore en vie. Les histiocytes vont dévorer les agents pathogènes et manger les cadavres sur le champ de bataille.

La création et l’attaque des anticorps/antigènes, la dernière étape du système immunitaire de deuxième niveau

Après, il y a une troisième et dernière étape dans le système immunitaire de deuxième niveau. C’est la création et l’attaque des anticorps/antigènes. S’il y a une réaction allergique, c’est que les anticorps ont attaqué les antigènes. Les leucocytes et les histiocytes n’ont pas été assez puissants. Ils n’arrivent plus à faire leur travail. Ils sont morts et ne fonctionnent plus. Le corps devrait gérer ses déchets qui surchargeront le système lymphatique. La seule chose que le corps peut faire, c’est de créer une réaction allergique.

C’est la dernière défense dans le système immunitaire de deuxième niveau. Cette réaction est une réaction qui essayera de faire sortir les antigènes dehors. Cela crée une inflammation, des allergies cutanées, alimentaires et respiratoires. Elle essaye de sortir l’allergène vers l’extérieur. Quand il y a une piqûre de serpent, il va passer outre le système immunitaire de premier niveau. Le système lymphatique est surchargé. Le système immunitaire de deuxième niveau n’arrive plus à faire son travail. En conséquence, il va lancer les anticorps contre les antigènes. Il y aura la réaction allergique.

2 choses à faire pour maîtriser ses allergies aux serpents

Pour réussir à maîtriser ses allergies aux serpents, il faut :

  1. Améliorer son système immunitaire de premier niveau
    Renforcer les barrières physiques, chimiques et le microbiote pour qu’il n’y ait plus d’agents pathogènes qui rentrent à l’intérieur de notre corps
  2. Il faut travailler sur son système lymphatique. On doit lui permettre de se décharger et faire mieux son travail.

Epigenise pour maîtriser ses allergies aux serpents en 8 semaines, satisfait ou remboursé

C’est exactement ce qu’on fait avec « Epigenise ». C’est le premier cabinet de médecine douce 100 % dédié à tous les allergiques. Le cabinet permet aux allergiques de maîtriser leurs allergies en huit semaines, quel que soit son type, sa puissance et son ancienneté. Nous avons une forte proposition de valeur. Si en huit semaines vous ne réussissez pas à maîtriser vos allergies au serpent, on vous rembourse. Nous sommes le seul à le faire au monde. Vous pouvez demander à votre allergologue s’il peut rembourser vos séances si les résultats ne sont pas au rendez-vous. Aucun allergologue n’acceptera.

Nous vous le proposons, parce que nous sommes des anciens allergiques. On connaît la cause et on sait ce qu’il faut faire pour améliorer son système immunitaire de premier niveau. On est certain de nos résultats. Notre protocole fonctionne bien. Je l’ai fait et ensuite l’a amélioré au fil du temps. Vous bénéficierez de mes expériences personnelles et avec mes clients au quotidien.

Vous pouvez aussi choisir entre plusieurs services que je propose dans mon cabinet.