fbpx

Il y a 2 causes pour lesquelles le corps réagit aux pollens d’herbacées. La première cause est un système immunitaire en immunodéficience qu’il faut renforcer. La deuxième cause est un système lymphatique surchargé qu’il faut décharger. Tout ceci pour permettre de maitriser ses allergies aux pollens d’herbacées.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

Hello les Allergiques, 

C’est Epigenise et aujourd’hui, on va parler de la question que j’ai reçue de David :

Pourquoi j’ai des allergies aux pollens d’herbacées ?

L’objectif de cet épisode, c’est de vous présenter les deux causes des allergies aux pollens d’herbacées. Dans cet épisode, je vais mettre de côté les deux causes des allergies aux pollens d’arbres et les deux causes des allergies aux pollens de graminées car j’ai déjà fait des épisodes complets sur le sujet. 

Les pollens les classiques sont les chénopodes, les ambroisies, les armoises, les marguerites, les pissenlits, les mercuriales, les plantains, les orties et les pariétaires. 

Il y a d’autres pollens d’herbacés possibles, mais ce sont les principaux allergènes qui existent quand on est allergique aux pollens d’herbacées. 

La définition “classique” des allergies aux pollens d’herbacées

Pour commencer à comprendre ces allergies aux pollens d’herbacées, on va partir de la définition classique de l’allergie dans notre société aujourd’hui : les allergies sont un “dysfonctionnement” du système immunitaire qui va surréagir au contact de substance banale, dans notre cas les pollens d’herbacées. 

Il existe plusieurs causes pour lesquelles le système immunitaire surréagirait :

  • La génétique, on ne peut rien y faire.
  • La pollution de notre environnement.
  • Le trop d’hygiène dans notre société.
  • La transformation de l’environnement par l’homme.
  • L’importation d’aliments de produits “exotiques” dont nous ne sommes pas habitués.

Il y a énormément d’hypothèses différentes qu’on nous propose quand on fait des allergies. Cette vision des allergies a été ma vision d’allergie pendant les 18 premières années de ma vie. 

Epigenise pour permettre à n’importe quel allergique de maîtriser ses allergies aux pollens d’herbacées

Aujourd’hui, je ne suis plus d’accord avec cette vision des allergies, car cela ne fonctionne pas. J’ai vérifié sur moi, ensuite au quotidien avec mes clients que j’accompagne dans mon cabinet Epigenise. J’ai créé Epigenise, le premier cabinet qui permet à n’importe quel allergique de maîtriser ses allergies en 8 semaines quel que soit son type, sa puissance et son ancienneté. Le programme de 8 semaine est satisfait ou remboursé. Nous sommes les seuls à le faire au monde car nous sommes des anciens allergiques. 

Remettre en question la vision classique des allergies aux pollens d’herbacées

Depuis mes 1 an, j’ai été un très gros allergique. Je ne cherchais pas à stopper mes allergies, mais juste réussir à  les diminuer. À 18 ans, j’avais déjà suivi toutes les recommandations classiques qu’on donne aux allergiques. J’ai vu les meilleurs allergologues de France. Mon état de santé ne faisait qu’empirer. Mon cas n’est pas unique, aujourd’hui les allergiques restent allergiques toute leur vie. 

A 18 ans je me suis dit qu’en faisant toujours la même chose, j’allais avoir toujours les mêmes résultats. J’ai décidé d’aller voir ce que les autres avaient à dire sur les allergies. 

Les allergies aux pollens d’herbacées est une maladie très jeune

Le développement des allergies aux pollens d’herbacées commence réellement dans les années 70. Avant 1970, seulement 3 % de la population était allergique. À partir de 1970, on voit un énorme augmentation du nombre d’allergiques. Cette croissance est continue depuis tous les ans c’est plus de 5 % d’allergique en plus tous les ans en France et dans tous les pays industrialisés. 

Selon les prévision de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2050, la moitié de la population mondiale sera allergique à quelque chose. C’est la maladie avec le plus fort taux de croissance au monde.

Le pourcentage d’allergiques dans une société est corrélé avec son industrialisation

Cette croissance a un lien avec l’industrialisation de la société. Dans un pays industrialisé, on a à peu près 30 % d’allergiques dans sa population, alors que dans un pays sous-développé, on a à peu près 3 % de sa population. Il y a un lien direct entre le développement industriel d’un pays et les allergies. 

L’argument de dire que les allergies sont génétiques, ça ne tenait plus la route par rapport à ce que je découvrais sur les allergies. 

Ce n’est pas possible qu’en 1970, tous les gènes de tout le monde se mettent à “dysfonctionner”. Et ceci seulement dans les pays industrialisés… Ce n’est pas cohérent. 

Le lien faible entre la génétique et les allergies aux pollens d’herbacées

Comme les arguments génétiques ne marchaient plus, j’ai commencé à essayer d’en apprendre plus sur la « génétique ». J’ai découvert qu’il y avait un projet qui s’appelle « le Projet Génome Humain ». Ce projet a duré 15 ans, et s’est terminé il y a 15 ans. Les meilleurs généticiens du monde se sont rassemblés. Ce projet a coûté des milliards d’euros. L’objectif était de décrypter l’ensemble du génome humain pour réussir à éradiquer toutes les maladies au monde. En décryptant le génome humain, nous seront capables de savoir qui va faire quelle maladie et donc la prévenir. C’était, en théorie, un énorme projet pour l’humanité. 

Au bout de 15 ans, on a réussi à décrypter l’ensemble du génome humain. Ce qu’on apprenait était à l’opposé de ce qu’on pensait. On a découvert que 5 % de nos gènes sont « codants ». Cela veut dire qu’on ne peut rien faire contre. Ce sont nos traits physiques : la couleur des yeux, des cheveux, de la peau, etc. 

On découvrait que 95 % de nos gènes sont « non codants ». Cela veut dire qu’on peut les activer ou les désactiver, en fonction de facteurs environnementaux très nombreux comme :

  • notre alimentation
  • ce que nous buvons
  • nos émotions
  • nos relations sociales
  • notre environnement
  • etc

Des centaines de milliers de facteurs différents vont influer sur l’activation ou la désactivation de nos gènes.

La génétique se casse le nez sur l’épigénétisme

Il y a 15 ans, on a découvert ce qu’on appelle « l’épigénétisme ». Il y a la génétique et au-dessus de la génétique, il y a l’épigénétisme qui va activer ou désactiver nos gènes. En fait, notre ADN est comme une partition de musique qui va être jouée différemment en fonction de plusieurs facteurs. La mélodie sera différente car l’instrument sera différent, la maîtrise de l’instrument par le musicien, du rythme qu’on veut donner à la musique. Pour une même partition on peut avoir deux mélodies totalement différentes. Chaque joueur de musique fera sa propre partition.

La première cause des allergies aux pollens d’herbacées

La première cause des allergies aux pollens d’herbacées, c’est d’avoir un système immunitaire en immunodéficience. C’est-à-dire qu’il est affaibli. C’est l’opposé d’un dysfonctionnement ou d’une surréaction. 

Je ne dis pas qu’il qu’il dysfonctionne car le système immunitaire fait son travail quand il va venir réagir dans le système immunitaire humoral. Par contre, il est en immunodéficience sur son premier niveau et laisse passer des allergènes dans le corps.

Les 3 niveaux du système immunitaire pour comprendre ses allergies aux pollens d’herbacées

Pour comprendre l’immunodéficience, il faut comprendre comment est structuré le système immunitaire. Le problème est que, quand on nous parle du système immunitaire et quand on fait des allergies aux pollens d’herbacées, on nous parle que du système immunitaire de deuxième niveau sans nous parler du système immunitaire de premier niveau ni le troisième niveau. Quand nous comprenons mieux le fonctionnement de notre système immunitaire, nous comprendrons la cause des allergies aux pollens d’herbacées.

Le premier niveau du système immunitaire

On ne parle jamais du premier niveau du système immunitaire alors qu’il faut travailler sur celui-ci pour ne plus avoir ses allergies aux pollens d’herbacées. Il est composé de plusieurs parties. À savoir : les barrières physiques (la peau et les muqueuses). J’aime bien prendre la métaphore d’un pays. Le corps est comme un pays. Le système immunitaire, c’est le système de défense et d’attaque de notre pays. C’est notre armée, la police, etc. La barrière physique (la peau et les muqueuses) est notre frontière, un gros mur, de la grosse pierre avec des barbelés. Quand on essaye de rentrer dans notre pays, il y a un obstacle physique. 

Ensuite, il y a des barrières chimiques, comme l’acidité de la peau, le mucus des muqueuses. Il y a énormément de barrières chimiques qui vont venir renforcer la défense de la barrière physique. Ce sont des armes qui se trouvent sur la frontière qui vont venir protéger la frontière.

Le microbiote et le lien avec les allergies aux pollens d’herbacées

Ensuite, on a le microbiote. Aujourd’hui, on parle énormément du microbiote intestinal, parce que c’est la base de notre microbiote. On a un ensemble de microbiotes sur notre peau et sur toutes nos muqueuses. Nous disposons des milliards de bactéries sur notre peau qui permettent de renforcer notre immunité. En plus, on a aussi un microbiote sur chacune de nos muqueuses, qui va renforcer notre immunité. Nous avons tous deux kilos de bactéries dans nos intestins, c’est la base de notre immunité. Le microbiote intestinal a un impact énorme sur l’ensemble de notre immunité. 

Le système immunitaire de premier niveau représente 80 % de notre système immunitaire. C’est le niveau du système immunitaire le plus important, quand on fait des allergies. Il est nécessaire de se concentrer sur celui-ci quand on veut maîtriser ces allergies aux herbacées. 

Le système immunitaire de deuxième niveau

Ensuite, nous avons le système immunitaire de deuxième niveau. C’est le système immunitaire le plus connu. C’est là où il va y avoir la réaction allergique, la création des anticorps qui vont attaquer l’allergène, les lymphocytes, les macrophagocytes, la libération d’histamine pour combattre. Quand on prend des antihistaminiques, on stoppe le combat. On dit à nos soldats d’arrêter de combattre et on laisse nos ennemis à l’intérieur de notre corps. 

Sur le système immunitaire de premier niveau, on a notre frontière, nos soldats, des armes chimiques pour défendre. Imaginons qu’il y a une armée extérieure qui veut conquérir notre pays, il va y avoir un combat, mais un combat à l’extérieur de nos frontières. Mais si nos soldats sont en petit nombre ou ne sont pas en forme avec des armes qui ne fonctionne pas bien alors l’armée étrangère va rentrer à l’intérieur de notre corps. C’est exactement le cas des allergiques aux pollens d’herbacé. Ces pollens rentrent dans notre corps. Nos anticorps vont découvrir qu’il y a des ennemis sur son territoire. Ils vont attaquer ses ennemis. 

Quand les frontières fonctionnent bien, il ne peut pas y avoir d’allergènes à l’intérieur de notre corps, puisque le système immunitaire fait son travail. Le système immunitaire de deuxième niveau ne réagit que quand le système immunitaire de premier niveau ne fait plus son travail.

Le problème est que quand on est allergique aux pollens d’herbacées, la vision classique est de dire que le système immunitaire dysfonctionne et donc de supprimer les symptômes des allergies respiratoires pour ne plus voir d’allergies grâce à plusieurs traitements contre les allergies respiratoires. Ces traitements vont camoufler les symptômes sans jamais travailler sur les deux causes des allergies respiratoires. 

Comprendre ce qu’est un allergène

Les pollens d’herbacées font partie des principaux allergènes respiratoires. Un allergène est une molécule “complexe” qui se trouve à l’intérieur de notre corps alors qu’elle ne devrait pas s’y trouver. Tous nos allergènes sont des molécules complexes, la majorité des allergènes sont des protéines. Par conséquent, on est allergique à ces molécules complexes. On ne peut jamais être allergique à des molécules simples. 

Pourquoi on est allergique à des molécules complexes ?

On va prendre l’exemple de l’allergie aux noix : quand on mange une noix, on a une protéine de noix à l’intérieur. Cette protéine ne peut pas être assimilée telle quelle par le corps. Il y aura un processus de transformation. On va digérer cette protéine. La digestion va libérer des enzymes qui vont mettre en petits morceaux cette protéine. Ces petits morceaux sont des “acides aminés”. Le corps va faire rentrer ces acides aminés à l’intérieur, parce qu’il pourra les utiliser. 

Si on fait un schéma, la protéine est comme une maison, et les acides aminés comme des briques. Si le corps veut construire des choses, il a besoin d’utiliser des briques. Il ne va pas prendre une maison pour en construire une autre. Il a besoin de déstructurer les maisons pour obtenir un tas de briques afin de les assimiler, pour reconstruire les maisons sous la forme qu’il veut. 

Le corps ne va jamais prendre une molécule extérieure et l’assimiler directement, puisqu’il ne peut rien en faire. C’est pour cela qu’on est allergique à des molécules complexes. Du coup, le système immunitaire de deuxième niveau (le gendarme du corps) va attaquer ces molécules, de sorte que le corps ne laisse jamais des choses inutiles à l’intérieur. 

S’il y a des choses inutiles qui rentrent dans notre corps, c’est que le système immunitaire de premier niveau n’a pas fait son travail. Si on ne veut plus qu’il y ait de guerre à l’intérieur de notre corps, il est nécessaire de refaire le système immunitaire de premier niveau, pour avoir des frontières qui fonctionnent. Quand les frontières fonctionnent bien, seuls ceux qui intéressent le corps pourront rentrer à l’intérieur du corps. Il n’y aura plus d’allergènes, il n’y aura plus de réactions allergiques dans le système immunitaire de deuxième niveau. 

Le système immunitaire de troisième niveau

Il y a un troisième niveau dans le système immunitaire. C’est le système immunitaire “cellulaire”. On ne va pas en parler beaucoup, puisqu’il n’a pas de lien avec les allergies. Le système immunitaire cellulaire est celui qui va attaquer, au niveau de la cellule, les cellules cancéreuses, les cellules infectées et les cellules étrangères. 

Les deux niveaux du système qui ont un rapport avec les allergies sont le système immunitaire de premier niveau et de deuxième niveau. 

Le lien entre les intestins et les allergies aux pollens d’herbacées

La base du système immunitaire se trouve dans nos intestins. À partir du moment où on travaille sur la base du système immunitaire, cela va impacter l’ensemble des niveaux du système immunitaire. La qualité des muqueuses de nos intestins a un impact sur l’ensemble de nos autres muqueuses, le système respiratoire dans le cas des allergies aux pollens d’herbacées. 

Si les intestins sont poreux, le système respiratoire est poreux. La qualité de notre microbiote intestinal impacte l’ensemble de la qualité des autres microbiotes. 

En travaillant sur le plus important, le microbiote intestinal et la qualité de nos muqueuses intestinales, on va impacter l’ensemble de nos muqueuses et nos microbiotes. Cela améliorera le système immunitaire de premier niveau. 

La deuxième cause des allergies aux pollens d’herbacées, un système lymphatique surchargé

Il y a une deuxième cause pour laquelle on fait des allergies aux pollens d’herbacées. Cela m’a pris énormément de temps à comprendre, mais avec l’expérience que j’ai eue personnellement et avec mes clients, j’ai découvert que cette cause était aussi importante. 

La deuxième cause pour laquelle le corps fait des allergies aux pollens d’herbacées est que nous avons un système lymphatique surchargé. 

Le lien entre le système lymphatique et les allergies aux pollens d’herbacées

Le système lymphatique est le système de gestion des poubelles du corps. Notre corps a des déchets. On a un ensemble de vaisseaux dans le corps qui vont venir récolter ces déchets dans tout le corps, les ramener dans des centrales. Ces centrales vont traiter les déchets et les envoyer dans des portes de sortie du corps. Il y en a plein, comme la peau (la transpiration), les poumons (l’air), les intestins (selles), les reins (la vessie). Le système immunitaire va utiliser ces portes de sortie pour évacuer ces déchets. Il y a un lien direct entre le système immunitaire et le système lymphatique, parce que le système immunitaire est majoritairement dans le système lymphatique. 

Avoir un système lymphatique allégé aura un impact direct sur notre santé globale. C’est pour cela que beaucoup d’allergiques font des maladies de peau. Un système lymphatique surchargé peut provoquer des maladies de peau. En travaillant sur le système lymphatique, nos maladies de peau diminuent. 

2 choses à faire pour maîtriser vos allergies aux pollens d’herbacées

Pour conclure, les deux causes des allergies aux pollens d’herbacées sont :

  1.  Améliorer son système immunitaire de premier niveau pour avoir une frontière de qualité et ne plus avoir d’allergènes rentrer à l’intérieur de notre corps.
  2. Avoir un système lymphatique avec moins de déchets pour maîtriser ses allergies sur le long terme.

Epigenise pour maîtriser vos allergies aux pollens d’herbacées en 8 semaines, satisfait ou remboursé

Epigenise est le premier cabinet 100% dédié aux allergiques. Nous proposons plusieurs services, le principal est un programme pour permettre à n’importe quel allergique de maîtriser ses allergies en 8 semaines. Le programme est satisfait ou remboursé. C’est-à-dire, si vous suivez nos conseils, mais vous avez encore vos allergies dans les 8 semaines, vous êtes remboursé. Nous y arrivons car nous travaillons sur les causes des allergies, pas sur les symptômes.

J’ai créé ce cabinet pour permettre à tous les allergiques de bénéficier de mon expérience personnelle, quand moi aussi, je cherchais à trouver une solution à mes problèmes d’allergies sévères. Si vous souhaitez en savoir plus sur qui est Epigenise, j’ai fait un épisode complet sur le sujet.