fbpx

Il y a deux causes pour lesquelles le corps déclenche des allergies aux pollens d’arbres. La première cause est un système immunitaire en immunodéficience (pas en dysfonctionnement). Il faut renforcer son système immunitaire de premier niveau. La deuxième cause est un système lymphatique surchargé. Il faut le décharger. En travaillant sur les deux causes des allergies aux pollens d’arbres, vous pouvez maitriser vos allergies.

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

Hello les allergiques, 

C’est Epigenise et aujourd’hui, on va parler des pollens d’arbres. J’ai reçu une question de Maeva qui me demande :

Pourquoi je suis allergique aux pollens d’arbres ? 

Dans cet épisode, on va parler de deux causes des allergies aux pollens d’arbres. Je vais mettre de côté les deux causes des allergies aux graminées et les deux causes des allergies aux herbacées. 

Les principaux pollens d’arbres sont les pollens de noyer, d’orme, de châtaigner, d’hêtre, de mûrier, de peuplier, de charme, de noisetier, de bouleaux, de chênes, etc. Ce sont les pollens d’arbres auxquels on réagit le plus souvent. 

La vision “classique” des allergies aux pollens d’arbres 

On va partir de la vision “classique” des allergies : le système immunitaire dysfonctionne ou “sur-réagit” pour des choses banales. 

On nous propose plusieurs causes qui pourraient expliquer ce “dysfonctionnement” :

  • La génétique. Tout serait marqué dans le marbre, on ne pourrait rien y faire.
  • La pollution. Notre environnement est tellement pollué que cela fait dysfonctionner notre système immunitaire.
  • Le trop d’hygiène dans notre société moderne. Notre système immunitaire ne travaille jamais car nous vivons dans une société trop propre alors il ne travaille plus vraiment.
  • La transformation de l’environnement par l’homme qui ferait dysfonctionner notre système immunitaire.
  • La consommation d’aliment “exotiques”. Manger des mangues d’Inde en France ferait dysfonctionner le système immunitaire car il ne pousse pas de mangues en France et donc nous n’y sommes pas habitués.
  • Le sevrage trop tôt des bébés. Les enfants ne sont plus allaités au lait maternel ce qui ne développerait comme il faut le système immunitaire. 

Il y a énormément d’hypothèses pour expliquer le dérèglement du système immunitaire des allergiques. 

La vision classique dit qu’une de ces causes ou plusieurs de ces causes viennent à dérégler le système immunitaire qui, va surréagir pour des choses totalement banales. 

J’avais aussi cette vision de l’allergie durant les vingt premières années de ma vie. Je pensais qu’un jour, on trouverait la vraie cause des allergies. 

Mon histoire m’a fait chercher les causes profondes des allergies aux pollens d’arbres 

J’étais allergique depuis tout bébé. Vers un ou deux ans, j’ai déclaré des allergies. J’ai suivi exactement tout le parcours médical classique qu’on propose à un allergique jusqu’à mes 18 ans. J’avais suivi à la lettre tout ce qu’on m’avait dit de faire. J’avais fait tout ce qu’un allergique peut faire pour essayer de diminuer ses allergies. Au bout de 18 ans, mes allergies n’avaient fait qu’empirer d’année en année. Donc, j’essayais de challenger tout ce qu’on m’avait dit sur les allergies. 

Je ne vais pas expliquer toute mon histoire dans cet épisode car ce n’est pas l’objectif. Il y a d’autres épisodes où j’explique d’où je viens, qui je suis et quel a été mon parcours pour arriver à créer le premier cabinet 100 % spécialisé pour aider n’importe quel allergique à maîtriser ses allergies tout au long de sa vie. 

J’ai commencé à remettre en question cette vision, puisque je n’avais aucun résultat. 

Les allergies aux pollens d’arbres, une croissance depuis 1970 

En recherchant, j’ai remarqué que l’évolution des allergies est quelque chose de nouveau. Cela a commencé dans les années 70, et qui a une croissance énorme. À partir de 1900, on commençait à avoir des chiffres de la population. De 1900 à 1970, la population allergique est à 3 %. Il est exactement similaire dans tous les pays européens. À partir des années 70, il y a une croissance de 5 % de personnes allergiques par an. C’est la maladie avec le plus haut taux de croissance qui existe au monde. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 50 % de la population mondiale sera allergique à quelque chose en 2050. Les allergies sont à la quatrième place des maladies mondiales. 

Des allergies aux pollens d’arbres qui n’existent que dans les pays industrialisés 

On voit aussi qu’il y a une inégalité entre les pays développés et les pays non développés. 30 % de la population d’un pays industrialisé est allergique à quelque chose. Tous les ans, il y a une croissance du nombre d’allergiques dans les pays industrialisés. Par contre, les pays qui ne sont pas industrialisés ont un taux d’allergie autour de 3 %. C’est exactement pareil qu’en France et dans les pays européens avant l’industrialisation. Il y a un lien avec le développement de la société et les allergies… 

Tout cela contredit la majorité des choses qu’on m’a présentées sur les allergies. Il y a quelque chose qui active ou désactive les allergies. Avant, j’étais convaincu que les allergies étaient quelque chose de génétique car mon père était aussi allergique. Sauf qu’en regardant ces chiffres, on constate que cela ne vient pas de la génétique. 

Le “Projet Génome Humain” pour comprendre le lien (ou non) avec la génétique 

J’ai essayé de comprendre comment la génétique fonctionne. J’ai découvert qu’il y a 30 ans, nous avons lancé un projet nommé « Projet Génome Humain ». Il a duré 15 ans. Les meilleurs généticiens au monde travaillaient ensemble. On a dépensé des milliards d’euros. L’objectif était d’arriver à décrypter l’ensemble du génome humain pour, dans la théorie, savoir prédire toutes les maladies de n’importe quelles personnes. On saura qui va faire une maladie à quel moment. Il n’y aura alors plus de maladies sur terre. Selon la théorie, c’était extrêmement intéressant. 

Au bout de quinze ans, on a réussi à décrypter l’ensemble du génome humain. Ce qu’on a découvert est que ce qu’on voyait n’était pas du tout ce qu’on supposait voir. On a découvert que 95 % de nos gènes sont « non codants », c’est-à-dire que ces gènes peuvent être activés ou désactivés. Ensuite, on a découvert que seulement 5 % de nos gènes sont « codants », c’est-à-dire qu’ils sont fixes, ils resteront ainsi et s’activeront. Ces 5% de gènes non codant sont nos traits physiques : la couleur des yeux, la couleur de la peau, la couleur des cheveux, etc.

L’épigénétisme prouve le fait que les allergies aux pollens d’arbres ne sont pas génétiques 

Ce projet a créé cette nouvelle science qui s’appelle « l’épigénétisme ». Au-dessus de nos gènes, il y a l’épigénétisme, qui va venir activer ou désactiver notre patrimoine génétique par des facteurs environnementaux. La science ne sait pas encore exactement quels facteurs environnementaux vont jouer pour quels gènes. Mais on sait que tous les facteurs environnementaux ont un rôle à jouer pour travailler sur l’activation ou la désactivation de nos gènes. Cela peut être la température dans laquelle on vit, les émotions qu’on subit, ce qu’on mange, ce qu’on boit,… Cet épigénétisme est activé ou désactivé en fonction des facteurs environnementaux qui se trouvent autour de nous.

Cela fait 15 ans qu’il n’est plus scientifique de dire que les allergies aux pollens d’arbres sont génétiques 

Aujourd’hui, quand on nous parle d’allergies, on nous parle encore de génétique, alors qu’on a déjà découvert l’épigénétisme il y a déjà 15 ans. On a prouvé scientifiquement que la génétique n’était rien. En fait, la génétique n’est qu’une partition de musique. N’importe qui pourra prendre cette partition. En fonction de la qualité de son instrument, de ses connaissances et du rythme, on pourra faire une toute autre mélodie que les autres. On part avec notre partition de musique, et chacun va faire sa propre musique. 

Dire aujourd’hui que les allergies sont génétiques est non scientifique. 

Epigenise a été créé pour permettre à chacun de maîtriser ses allergies 

Si un allergique fait des allergies, c’est qu’il met son corps dans une hygiène de vie qui active ses allergies. Mettre son corps dans la meilleure des situations pour ne pas activer ces gènes, c’est totalement faisable. C’est justement ce que je fais avec mes clients chez Epigenise. Notre proposition de valeur est de dire qu’en 8 semaines nous sommes capables de montrer à n’importe quel allergique qu’il peut maîtriser totalement ses allergies quel que soit son type d’allergies, l’ancienneté de ses allergies et la puissance de ses allergies. 

Maintenant, je vais vous présenter les deux causes des allergies aux pollens d’arbres pour comprendre vos allergies et à réussir à les maîtriser. 

La première cause des allergies aux pollens d’arbres, un système immunitaire de premier niveau en immunodéficience 

La première cause pour faire des allergies aux pollens d’arbres est que notre système immunitaire est en immunodéficience. Il est affaibli et n’arrive plus à faire son travail. Ce n’est pas un dysfonctionnement ou une surréaction du système immunitaire. On est à l’opposé de cette pensée. Le système immunitaire est affaibli, il ne tient qu’à nous de le renforcer. 

Le système immunitaire est composé de trois niveaux 

Pour bien comprendre tout cela, il faut comprendre ce qu’est le système immunitaire, sa structure et son fonctionnement. C’est extrêmement important. En tant qu’allergique, quand on nous présente notre système immunitaire, on dit que c’est ce qui se passe dans nos humeurs, le sang, la lymphe. C’est là où on va y avoir le couple anticorps/antigènes. Si on veut ne plus être allergique, il faut prendre des antihistaminiques pour empêcher le combat entre les allergènes et l’anticorps. 

En vérité, on ne nous raconte que un tiers de l’histoire. Ils nous présente le système immunitaire sans parler du système immunitaire de premier niveau, surtout le système immunitaire de troisième niveau. On nous parle du système immunitaire comme s’il n’était composé que du système immunitaire de deuxième niveau.

Si on veut réussir à maîtriser ses allergies, il faut baser tous ses efforts sur le système immunitaire de premier niveau. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, tous les allergiques restent allergiques. Ils ne travaillent que sur le système immunitaire de deuxième niveau. Tous ceux qui travaillent sur le système immunitaire de premier niveau (c’est ce qu’on fait dans mon cabinet « Epigenise ») maîtrisent totalement leur allergie au bout de huit semaines. 

Le système immunitaire de premier niveau, le plus important pour comprendre les allergies aux pollens d’arbres 

Je vais vous présenter le système immunitaire de premier niveau. Ce sont les barrières physiques et barrières chimiques. La peau est la première barrière physique qui existe pour empêcher les agents pathogènes de rentrer dans notre corps. Ensuite, il y a les muqueuses. Ces barrières physiques sont comme des frontières avec de gros murs qui nous protègent. On a des barrières chimiques, ce sont des d’armes à notre disposition pour attaquer les agents pathogènes qui veulent rentrer. C’est l’acidité de la peau, l’acidité des muqueuses, le mucus sur nos muqueuses. Il y a un ensemble d’armes sur notre peau et nos muqueuses pour renforcer le travail de la barrière physique. 

Le microbiote intestinal impacte vos allergies aux pollens d’arbres 

On parle essentiellement du microbiote intestinal parce que la base de notre microbiote se trouve dans nos intestins. Cependant, on a un microbiote sur l’ensemble de notre peau. On a des milliards de bactéries sur notre peau et sur nos muqueuses pour renforcer notre immunité. En fait, cela ne fait que quelques années qu’on a découvert le microbiote intestinal. Ce sont des soldats sur nos frontières pour faire partie de notre immunité. Il apporte un vrai impact sur notre santé. 

On a tous deux kilos de microbes dans nos intestins. Notre microbiote intestinal est unique. Comme une empreinte digitale, il n’en existe pas deux différents sur la terre. On en a cent mille milliards de bactéries dans notre corps, tandis qu’on a que dix mille milliards de cellules dans notre corps. Nous avons dix fois plus de bactéries que de cellules. On est fait plus de bactéries que de cellules. 

On sait aussi que notre système immunitaire de premier niveau occupe 80 % du système immunitaire. Cela veut dire que quand on nous parle d’allergies, on ne nous parle jamais de la majorité du système immunitaire. C’est celui sur lequel on travaille avec mes clients, parce que c’est là où on fait la différence pour réussir à maîtriser totalement ces allergies. Tous les allergiques n’essayent que de camoufler les symptômes qui se trouvent au deuxième niveau du système immunitaire et c’est pour cette raison qu’ils restent allergiques toutes leurs vies. 

Le système immunitaire de deuxième niveau 

Le deuxième niveau du système immunitaire s’appelle le système immunitaire “humoral”. C’est là où on va créer des anticorps (pour combattre les antigènes. C’est dans le système immunitaire de deuxième niveau qu’il y a la libération de l’histamine (qui permet de mobiliser très rapidement tous les soldats dont on a besoin pour combattre). Quand il y a libération d’histamine, il y a le combat entre les anticorps et l’antigène. Quand on prend des antihistaminiques, on endort nos soldats. Ils vont laisser les ennemis à l’intérieur du corps sans combattre. 

Le système immunitaire de troisième niveau 

En une phrase, le système immunitaire de troisième niveau est le système immunitaire “cellulaire”. Il n’a pas de rapport avec les allergies. C’est celui qui va attaquer les cellules cancéreuses, les cellules infectées et les cellules étrangères. 

Bien comprendre ce qu’est un allergène pour bien comprendre ses allergies aux pollens d’arbres 

Les pollens d’arbres font partie des principaux allergènes respiratoires. Une notion importante quand on fait des allergies aux pollens d’arbres, c’est de comprendre ce qu’est un « allergène ». 

Un allergène est une molécule “complexe” qui se trouve à l’intérieur de notre corps alors qu’elle ne devrait pas s’y trouver. Il y a une différence entre une molécule “complexe” et une molécule “simple”. En fait, la majorité des allergènes sont des protéines. La protéine est une molécule “complexe”. Le corps est capable de transformer une protéine en molécule “simple” grâce à la digestion. 

Par exemple, en mangeant une noix, on aura des protéines de noix à l’intérieur. Le corps utilise des enzymes qui vont mettre en petits morceaux cette protéine. Ces petits morceaux sont des “acides aminés”. Le corps va les assimiler et les faire pénétrer dans le corps. On a déconstruit cette maison (la protéine), et on a réussi à faire des acides aminés. Le corps va utiliser ces acides aminés pour faire ce qu’il veut. En fait, le corps ne peut pas assimiler des protéines telles quelles. Il faut qu’il y ait la transformation de la molécule complexe en simple. Par exemple, on ne peut pas prendre une maison pour construire une maison. On a besoin de briques pour en construire une. C’est pareil pour le corps. 

Il n’est pas normal de trouver des allergènes dans son sang 

Si la molécule complexe se trouve à l’intérieur de notre sang c’est qu’il y a un problème. Vu que cet allergène est étranger et non utilisable par le corps alors le système immunitaire de deuxième niveau va attaquer les pollen d’arbres. Il y a eu un problème au niveau du système immunitaire de premier niveau. Ce dernier aurait dû filtrer ce qui peut ou ne peut pas être utilisé par le corps. Si les frontières étaient bien gardées avec de bons murs, des soldats en forme et des armes fonctionnelles, les pollens d’arbres seraient bloqués à la frontière. Ils n’auraient pas pu rentrer à l’intérieur de notre corps. Le système immunitaire de deuxième niveau n’aurait pas réagi. 

Le problème vient du système immunitaire de premier niveau 

Si les molécules complexes sont entrées dans le sang, c’est parce que le système immunitaire de premier niveau n’a pas fait son travail. Il y a immunodéficience du système immunitaire de premier niveau. Il faut concentrer tous ses efforts pour renforcer son système immunitaire de premier niveau. Dans le cas d’allergies aux pollens d’arbres, c’est la muqueuse qui n’a pas fait son travail. Le système respiratoire doit faire son travail : faire entrer ce qui l’intéresse et fait ne pas accepter ce qui ne l’intéresse pas. Si notre système respiratoire est poreux alors il laisse entrer des choses qui ne devraient pas rentrer. 

Les allergies aux pollens d’arbres ne sont pas une fatalité si on travaille sur la vraie cause des allergies 

Quand on fait des allergies aux pollens d’arbres, il faut renforcer son système immunitaire de premier niveau. Cela aura un impact sur les muqueuses de notre système respiratoire. 

Le lien entre nos intestins et l’allergie aux pollens d’arbres 

Il y a un lien direct entre les intestins et les allergies aux pollens d’arbres. La majorité de notre immunité se trouve à l’intérieur de nos intestins. C’est le siège de notre microbiote. En se concentrant sur la base de notre immunité, la qualité de notre microbiote intestinal va impacter directement la qualité des microbiotes des autres muqueuses et de notre immunité globale. On arrive à maîtriser totalement ses allergies, car il n’y aura plus de réactions allergiques dans le système immunitaire de deuxième niveau. 

Aujourd’hui les allergiques travaillent uniquement sur le système immunitaire de deuxième niveau. C’est pour cela que tous les allergiques restent allergiques toute leur vie. Il faut se concentrer sur le système immunitaire de premier niveau pour ne plus avoir des réactions allergiques dans le système immunitaire de deuxième niveau. 

La deuxième cause des allergies aux pollens d’arbres, un système lymphatique surchargé 

Il y a une deuxième cause pour les allergies aux pollens d’arbres. Comprendre cette cause m’a pris beaucoup plus de temps car elle est moins claire. Pour faire des allergies aux pollens d’arbres, obligatoirement notre système lymphatique est surchargé. 

Le système lymphatique est un système de gestion des déchets du corps. Dans tout notre corps, on a des vaisseaux et des canaux qui récoltent les déchets des organes, pour les mettre dans des centrales. Ensuite, il nettoie ses déchets dans des “centrales” pour les envoyer vers les portes de sortie du corps qu’on appelle « les émonctoires ». Nous avons plusieurs émonctoires : les intestins (avec les selles), les poumons (avec l’air), les reins (avec l’urine), la peau (avec la transpiration). Le système lymphatique va envoyer nos déchets vers ces portes de sortie. 

Le lien entre le système immunitaire et le système lymphatique 

En fait, il y a un lien direct entre le système immunitaire et le système lymphatique. Le système immunitaire se trouve en grande partie dans le système lymphatique. Donc, la qualité de ce système lymphatique a un énorme impact sur la qualité du système immunitaire. Il est très important de décharger son système lymphatique pour lui permettre de réussir à faire ce qu’il doit faire avec ses déchets. 

Le fait d’avoir un système lymphatique surchargé est la cause des maladies de peau comme l’eczéma ou le psoriasis. Puisque les allergiques ont tous un système lymphatique surchargé, beaucoup font des maladies de peau puisque c’est la même cause. 

En résumé, il y a aussi une deuxième cause pour faire des allergies aux pollens d’arbres, c’est d’avoir un système lymphatique surchargé. Le travail est d’accompagner le corps pour lui permettre de décharger son système lymphatique des déchets qu’ils n’arrivent plus à traiter. 

Conclusion pour comprendre comment maitriser ses allergies 

Pour maîtriser ses allergies aux pollens d’arbres, il faut améliorer son système immunitaire de premier niveau en renforçant son microbiote, ses barrières physiques et ses barrières chimiques. Deuxièmement, il faut décharger son système lymphatique pour réussir à maîtriser totalement ses allergies sur le long terme.

Epigenise pour réussir à maitriser ses allergies aux pollens d’arbres en 8 semaines. Satisfait ou remboursé.

J’ai créé Epigenise, le premier cabinet pour permettre à n’importe quel allergique de pouvoir maîtriser ses allergies en 8 semaines. Pendant très longtemps, j’ai vécu un enfer avec mes allergies qui ne faisaient qu’empirer, jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre pourquoi mon corps faisait des allergies. Je vous explique tout cela dans l’article qui est Epigenise.

J’ai créé Epigenise pour permettre à tous les allergiques de bénéficier de mon expérience. Avec une garantie exceptionnelle : satisfait ou remboursé, que je peux me permettre car avec mes clients je travaille sur les causes des allergies, non sur les symptômes des allergies respiratoires. C’est pour cela qu’Epigenise propose plusieurs services pour pouvoir accompagner chaque allergique.