fbpx

Si le corps fait des allergies aux animaux c’est que le système immunitaire de premier niveau est en immunodéficience. Il faut donc renforcer son système immunitaire de premier niveau pour ne plus voir de réaction allergique au niveau du système immunitaire de deuxième niveau. La seconde cause est un système immunitaire lymphatique surchargé qu’il faut donc décharger pour maitriser ses allergies sur le long terme. C’est ce dont on parle dans cet épisode !

MONSIEUR-ALLERGIES.COM est maintenant EPIGENISE.COM

Visionnez l’épisode en vidéo :

Écoutez l’épisode en version Podcast :

Retranscription écrite de la vidéo (la qualité de la retranscription est sans doute moyenne car j’ai utilisé un logiciel de reconnaissance vocale) :

Hello les Allergiques ! 

C’est Epigenise et aujourd’hui, je réponds à une question qui m’a été posée par Romain. Il me demande :

Pourquoi j’ai des allergies aux animaux ?

Pour répondre à cette question, on va traiter le sujet des allergies aux animaux en général. Quand vous êtes allergique, vous pouvez être allergique aux poils d’animaux, mais aussi allergique aux plumes d’animaux. 

La vision “classique” des Allergies pour bien comprendre la cause des allergies aux animaux

Selon la vision classique, la cause des allergies aux animaux sont un “dérèglement” ou un “dysfonctionnement” du système immunitaire. Cela veut dire qu’il va surréagir pour des choses totalement banales. Par exemple, nous allons être allergiques au chat, alors que le chat n’est pas un poison. On ne devrait pas alors réagir. 

C’est la vision des allergies “classique” : dysfonctionnement du système immunitaire. Comme ils ne connaissent pas la cause des allergies aux animaux, on nous propose plusieurs hypothèses pour lesquelles les allergies se développent de plus en plus dans nos sociétés modernes. Il y a : la génétique, la pollution, le trop d’hygiène dans notre société, le fait que les enfants ne sont plus assez allaités, que l’Humain a trop transformé la nature. Il y a aussi une hypothèse de l’importation de nourritures exotique. Selon cette vision, il n’est pas normal de manger des kiwis du Japon quand on est en France. 

En gros, on nous propose plein de pistes pour lesquelles le système immunitaire dysfonctionnerait. Toutes ces causes dérégleraient notre système immunitaire. Ensuite, il va surréagir pour des choses totalement banales. 

La vision “classique” remise en cause

J’étais d’accord avec cette vision des allergies pendant très longtemps. Puisque, pendant les vingt premières années de ma vie, j’ai suivi exactement ce qu’on m’a dit. On disait que les allergies sont un dysfonctionnement du système immunitaire. On me donnait des hypothèses possibles de la cause des allergies. Je l’es ai accepté. Après mes 18 ans, quand j’en ai eu vraiment marre que mes allergies se détériorent, alors que je suivais tous les conseils de mes allergologues, j’ai commencé à essayer de mieux comprendre mes allergies. De faire des recherches tout seul au lieu de juste accepter les hypothèses non confirmées qu’on me présentait.

Aujourd’hui, cette vision “classique” n’est plus du tout mon avis. Mon objectif est de vous donner les vraies causes des allergies aux animaux, que j’ai pu vérifier sur moi, que je vérifie au quotidien avec mes clients. Ces deux causes sont très proches de celles des deux causes des allergies respiratoires car les allergies aux animaux sont des allergies respiratoires. En fait, quand j’ai commencé à rechercher et à comprendre plus de choses sur mes allergies, je me suis rendu compte de plusieurs choses.

Les allergies aux animaux en pleine croissance

J’ai d’abord essayé de comprendre le pourcentage de la population qui est allergique. J’ai découvert qu’aujourd’hui, à peu près 30 % de la population des sociétés dites « modernes » sont allergiques, avec à peu près 5 % de croissance des allergiques par an. C’est énorme !

À ma connaissance, c’est la maladie avec le plus fort taux de croissance qui a dans notre société. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en 2050 il y aura la moitié de la population mondiale qui sera allergique à quelque chose. 

On a des chiffres sur les allergies depuis assez longtemps. C’est à partir du début du siècle qu’on a des chiffres sur le taux de pourcentage d’allergiques qui existent en France.

Donc, on a des chiffres depuis très longtemps. On voit que depuis qu’on a les chiffres, le pourcentage de la population touchée a été de 3 %, c’est-à-dire que pendant très longtemps, la population allergique a été de 3 % en moyenne en France. De 1900 à 1970, seulement 3 % de la population est allergique. C’est un chiffre faible et stable.

1970 est une année charnière pour les allergies aux animaux

En 1970, on voit qu’il commence à avoir une croissance des cas d’allergies. À partir de 1970, on voit que tous les ans, il y a beaucoup plus d’allergiques. Cela fait vraiment un pic énorme à partir de cette année. Si on regarde de 1970 à aujourd’hui, c’est une montagne qui se construit. Donc, tout cela a commencé à me faire poser des questions. Je me suis dit : “le truc qu’on me disait, comme c’est génétique, cela ne marche pas ! Pourquoi on aurait tous des problèmes génétiques alors qu’il n’y a pas de lien entre ce gros pic et la génétique ?”.

Beaucoup de gens qui deviennent allergiques alors que leurs parents ne le sont pas. Moi, j’ai un père qui est allergique, et j’ai accepté l’argument de la génétique très facilement. Je voyais aussi qu’il y avait plein de gens autour de moi qui devenaient allergiques alors qu’il n’ont aucun cas dans leur famille. 

Depuis 1970, la croissance est continue jusqu’à nos jours. De plus, ce qu’on remarque, aujourd’hui en 2020, il y a une grosse différence entre le taux de pourcentage de la population qui est allergique dans les pays développés par rapport à ceux qui ne sont pas développés. Dans les pays qui ne sont pas développés, on a à peu près 3 % d’allergie alors que, quand on regarde dans un pays développé, on est toujours à peu près à 30 %, quel que soit le pays. Par exemple, en Europe, on est toujours à peu près en moyenne à 30 %. Il y a toujours la même croissance. Par contre, dans les pays où on n’a pas d’industrialisation, ils sont toujours à peu près à 3 % d’allergies. Donc, c’est aussi un sujet qui est assez intéressant.

Les allergies aux animaux a une relation avec l’industrialisation de la société

Ce qui est encore très intéressant c’est de voir que les immigrés, qui viennent de pays non industrialisés dans un pays industrialisé, deviennent allergiques au bout d’un certain temps (le temps qu’ils changent leur hygiène de vie). Puisqu’on nous dit que c’est génétique, ils ne devraient pas développer d’allergies et finalement il semblerait que leurs gènes se modifient très rapidement après avoir passé la frontière… Ils deviennent autant allergiques que les autres. Donc, c’est quelque chose qui est très intéressant et que j’ai trouvé pertinent. Alors, ce qui m’a fait rechercher encore plus d’opinions sur les allergies. 

Maintenant, je vais vous présenter ma vision des allergies que j’ai construite à travers mon expérience personnelle et celles de mes clients.

 Comprendre le système immunitaire pour comprendre la cause des allergies aux animaux

Déjà, il faut partir de ce qu’est le système immunitaire, parce que quand on nous parle du système immunitaire dans la vision “classique”, on ne nous parle que du deuxième niveau du système immunitaire (le système immunitaire humoral). Alors que le système immunitaire est composé de trois niveaux.

Le système immunitaire de premier niveau, la première cause des allergies aux animaux

Le premier niveau est les barrières physiques et chimiques.

La barrière physique, c’est quoi ? Ça va être la peau (c’est le plus grand organe qui existe sur le corps) et les muqueuses. Elles vont faire une barrière physique pour tous les agents pathogènes qui voudraient rentrer dans notre corps.

On a ensuite des barrières chimiques, il y en a plein. Par exemple, l’acidité de la peau ou l’acidité des muqueuses qui va venir tuer les agents pathogènes qui vont se poser sur nos muqueuses ou sur notre peau. On va avoir aussi, par exemple, le mucus qu’on a sur nos muqueuses, qui vont venir protéger cette barrière physique.

Nous avons aussi une autre arme extrêmement importante pour notre système immunitaire, qui est « le microbiote ». En ce moment, on parle beaucoup de microbiote intestinal, parce que c’est la base de notre système immunitaire. C’est la plus grande partie de notre système immunitaire, mais on a tout un microbiote aussi sur l’ensemble de nos barrières physiques, tel que notre peau et nos muqueuses. Chaque barrière physique possède son microbiote.

Ce premier niveau du système immunitaire, c’est 80 % de notre immunité. Quand on additionne le microbiote, les barrières physiques et les barrières chimiques c’est 80 % de notre immunité. Donc, c’est le plus important niveau du système immunitaire pour les humains. Il est très important de le connaître. On ne nous en parle pas réellement quand on est allergique. On a tous deux kilos de microbes qui composent le microbiote dans nos intestins. Notre corps est construit de dix mille milliards de cellules, alors que notre microbiote est composé de cent mille milliards de microbes. Cela veut dire qu’on est plus microbien que cellulaire. Ce qui est une notion assez intéressante et à garder en tête pour nous allergiques.

Le deuxième niveau du système immunitaire

Le deuxième niveau, c’est le système immunitaire “humoral”. C’est celui dont on nous parle quand on parle d’allergies. On nous dit toujours que le système immunitaire, c’est le couple antigène/anticorps. Sauf qu’en fait, on réduit le système immunitaire qu’on nous présente au système immunitaire de deuxième niveau, alors que le système immunitaire a trois niveaux.

C’est là où il va se faire la réaction allergique avec la libération d’histamine, donc c’est là où il va y avoir les anticorps qui vont combattre les antigènes, notre allergène. On va avoir les lymphocytes, les macrophagocytes qui vont venir attaquer ces allergènes, avec la libération de l’histamine qui va permettre de mobiliser très rapidement tous les soldats dont on a besoin pour combattre. Ce qu’il faut savoir c’est que quand on prend des médicaments antihistaminiques, c’est pour stopper la libération de l’histamine. En faisant cela, il n’y a pas de combat contre l’allergène. On laisse l’allergène se balader tranquillement dans notre corps. Quand on fait cela, on stoppe le combat, donc « nos ennemis » restent dans notre corps. 

On sait aujourd’hui que le système immunitaire représente 80 % de notre immunité. On peut dire que le deuxième niveau, c’est environ 10 %. Ensuite, le troisième niveau, c’est 10 %.

Comprendre ce qu’est un allergène pour comprendre la cause des allergies aux animaux

Les animaux font partie des allergènes respiratoires principaux. Il faut comprendre aussi la définition d’« un allergène ». Souvent, on voit l’allergène comme un ennemi, mais ce n’est pas vraiment le cas. La définition d’un allergène est une molécule complexe qui se trouve dans notre sang alors qu’elle ne devrait pas s’y trouver. Les deux notions importantes sont « molécules complexes » et « se trouvent dans le sang alors qu’elles ne devraient pas ». 

Notre corps n’est capable d’assimiler que des molécules simples qui, ensuite, vont pouvoir être utilisées pour créer des molécules complexes. Il ne peut pas assimiler de molécules complexes car il ne peut rien en faire. On ne peut pas construire de maisons avec des maisons. On doit construire des maisons avec des briques. Le corps a besoin de briques pour pouvoir construire des maisons. Le corps est capable de transformer le “complexe” en “simple” grâce à la digestion. Quand je mange une noix, il y a des protéines à l’intérieur.

Ces protéines sont des molécules complexes. Quand, on va digérer ces protéines, elles vont être mises en petits morceaux grâce à ce qu’on appelle des « enzymes » qui vont venir déstructurer ces protéines. Les enzymes vont mettre cette protéine en petits morceaux, qu’on appelle des « acides aminés » (les briques des protéines). La digestion va permettre de transformer cette molécule complexe en molécule simple pour être assimilable par le corps. Le corps va venir chercher les acides aminés pour les rentrer dans son sang pour pouvoir les utiliser et faire des protéines. 

Les allergènes d’animaux ne devraient pas se trouver dans notre sang

Donc, le corps ne peut pas faire rentrer des protéines directement dans le sang. Il doit transformer ces protéines en acides aminés pour les utiliser. C’est important de comprendre que la molécule complexe ne devrait pas rentrer sous cette forme-là. Elle devrait rentrer sous forme de molécules simples. Ce n’est pas normal d’avoir une molécule complexe qui passe de l’extérieur vers l’intérieur. Puisque le corps ne peut rien faire avec les molécules complexes alors elle va les attaquer. 

Problème : comment cet allergène d’animaux est entré dans notre sang ?

On a compris le système de molécules complexes VS molécules simples. Il y a des choses qui rentrent dans le corps alors qu’elles ne devraient pas rentrer. C’est-à-dire que la protéine de noix ne doit pas rentrer sous le format de la protéine de noix. Elle devrait rentrer sous un format d’acides aminés. Il y a des choses qui rentrent dans notre corps alors que notre corps ne souhaite pas que ces choses rentrent sous cette forme-là. Puisqu’il y a ces formes de molécule complexe dans notre sang, le système immunitaire fait ce qu’il doit faire : être le gendarme du corps et attaquer les molécules extérieures qui se trouvent dans le corps, alors qu’elles ne devraient pas s’y trouver. 

Le système immunitaire ne fait plus son travail

La réaction allergique est une réaction normale. Par contre, ce qu’il faut faire c’est réussir à améliorer son système immunitaire de premier niveau, améliorer la qualité de ses barrières physiques, barrières chimiques, de son microbiote intestinal. En faisant cela, les agents pathogènes ne pourront plus rentrer à l’intérieur de notre corps. Quand on travaille sur le système immunitaire de premier niveau, nos barrières fonctionnent bien, le corps ne va choisir que des molécules qui l’intéressent. Il n’y aura plus de molécules complexes qui vont passer dans le corps. Il n’y aura plus de réactions allergiques au niveau du système immunitaire de deuxième niveau. C’est le point important.

Quand on fait des allergies, on nous dit « J’ai des réactions allergiques à des substances totalement banales, donc mon système immunitaire est complètement déréglé ! ». Moi, je dis plutôt « Attention ! Regardons plutôt comment fonctionne le système immunitaire avant de tirer des conclusions hâtives qui vont nous mener vers une mauvaise piste pour maitriser ses allergies ! ».

Première cause des allergies aux animaux : un système immunitaire en immunodéficience

Le système immunitaire à trois niveaux, on a déjà vu les deux premiers. La réaction se fait dans le deuxième niveau. Pourtant, avant qu’ils aient cette réaction, le système immunitaire de premier niveau doit faire son travail. On dirait que ce n’est pas le cas, puisqu’il y a des molécules complexes qui se trouvent dans le sang, alors qu’elles ne devraient pas s’y trouver. Cela veut dire qu’il y a eu ce qu’on appelle un système immunitaire en immunodéficience, c’est-à-dire qu’il n’arrive plus à faire son travail, il est faible. La faiblesse est au niveau du premier niveau du système immunitaire. À partir du moment où on refait ses barrières physiques il n’y aura plus d’agents pathogènes qui vont rentrer dans le sang. Il n’y aura plus de réactions allergiques au niveau du système immunitaire de deuxième niveau.

Notre corps fonctionne comme un pays, avec des frontières

Dans un pays il y a des frontières, dans notre corps c’est pareil. Ces frontières sont les barrières physiques. Il y a des soldats qui sont sur cette barrière physique. Ce sont les barrières chimiques. Ces soldats ont des armes, on pourra dire que c’est le microbiote. Si on a des soldats forts, une frontière qui est bien construite, et de bonnes armes, il n’y a personne qui peut rentrer sur notre territoire sans notre accord.

Par contre, si on a des frontières cassées, des soldats faibles avec des armes défaillantes, les soldats vont rentrer à l’intérieur de notre pays et on va devoir faire une guerre à l’intérieur de notre pays. Il y aura des combats de rue. C’est exactement ce qu’il se passe à l’intérieur de notre corps. Donc, ce qu’il faut faire, c’est de refaire son système immunitaire de premier niveau, en travaillant en priorité sur son microbiote intestinal.

On a un troisième niveau du système immunitaire dans le corps humain, qui est le système immunitaire cellulaire. On ne va pas passer longtemps dessus, puisqu’il n’a pas de rapport avec les allergies. C’est celui qui va attaquer les cellules cancéreuses, les cellules infectées, les cellules étrangères du corps. Il est très important aussi, mais il n’est pas en rapport direct avec les allergies. Donc, on va le laisser de côté.

Ce qu’on voit, c’est qu’il y a un lien direct entre le système immunitaire de premier niveau et les allergies aux animaux. Quand on est allergique, on ne travaille jamais sur son système immunitaire de premier niveau, alors que c’est la clé de voûte pour réussir à maîtriser ces allergies.

Le lien entre le microbiote intestinal et la cause des allergies aux animaux

Les allergies aux animaux sont très souvent des allergies respiratoires. 80 % de notre immunité est lié à notre microbiote. S’il est de qualité, il a un impact sur l’ensemble de notre immunité, sur l’ensemble de nos muqueuses. En ayant des intestins et un microbiote en bonne santé, on a des muqueuses et un microbiote sur nos muqueuses en bonne santé. En travaillant sur notre microbiote intestinal, qui est le plus important, cela va impacter l’ensemble de notre système immunitaire de premier niveau. Les poumons, c’est une muqueuse qui fait le travail de sélectionner ce qui est intéressant de faire entrer dans le sang et de laisser dehors ce qui ne l’est pas.

Si on est allergique aux animaux, c’est qu’il y a des choses qui rentrent dans notre sang alors qu’elles ne devraient rentrer. C’est-à-dire qu’il y a, souvent, des poils d’animaux qui ne devraient pas rentrer dans notre sang, puisqu’on a des filtres. Dans notre cas, ce sont tous les poumons et les bronches qui vont venir filtrer ce qui intéresse et ce qui n’intéresse pas notre corps. Il ne va pas prendre ce qui ne l’intéresse pas. Sauf que, les muqueuses sont en mauvaise santé, le système immunitaire est en immunodéficience. Les choses passent comme dans un moulin. Le travail à faire est d’améliorer son système immunitaire de premier niveau pour impacter la qualité de toutes ses muqueuses et donc celles respiratoires.

C’était la première cause qui est la cause principale des allergies. Il y a aussi une deuxième cause qui est extrêmement importante pour réussir à maîtriser ses allergies sur le long terme.

La deuxième cause des allergies aux animaux : un système lymphatique surchargé

Le système lymphatique est le système de gestion des déchets du le corps. Dans notre corps, on a un ensemble de vaisseaux qui sont là pour venir récupérer l’ensemble des déchets. Ils vont venir récolter ces déchets, les mettre dans des “usines d’épuration” de ces déchets. Quand ils ont fini de travailler ces déchets, ils vont les envoyer vers les portes de sortie du corps. On appelle ces portes de sortie des « émonctoires ». On a plusieurs portes de sortie, les principales sont les poumons (grâce à la respiration), les reins (avec l’urine), les intestins (avec les selles), la peau (avec la transpiration).

Le lien entre système lymphatique, système immunitaire et allergies aux animaux

Il y a un lien direct entre le système immunitaire et le système lymphatique. Le système immunitaire est majoritairement dans le système lymphatique. On parle très peu du système lymphatique. Le système immunitaire se trouve un petit peu partout. Le système immunitaire est très présent dans le système lymphatique. Il y a un lien entre les deux. Quand on a un système lymphatique surchargé, il n’arrive plus à gérer les déchets, et affaiblit complètement le système immunitaire. C’est pourquoi plusieurs allergiques font des maladies de peau, comme de l’eczéma ou du psoriasis. Les maladies de peau sont une maladie avec comme cause, un système lymphatique surchargé. Puisque, pour faire des allergies, il faut aussi avoir un système lymphatique surchargé. Il y a souvent pas mal d’allergiques qui font des maladies de peau, parce que la cause des deux maladies est liée. Ce qu’il faut faire, c’est décharger son système lymphatique.

Pour conclure, nous devons améliorer notre système immunitaire de premier niveau pour empêcher des molécules complexes de rentrer à l’intérieur de notre sang. À partir du moment où on a de bonnes barrières physiques, chimiques et un bon microbiote, on est armé pour se protéger et savoir bien filtrer ce qui nous intéresse ou non. Ensuite, il faut décharger le système lymphatique, pour améliorer la gestion des déchets et permettre au système immunitaire d’être en bonne santé.

Epigenise pour maitriser ses allergies aux animaux en 8 semaines. Satisfait ou remboursé.

J’ai justement créé Epigenise pour permettre à n’importe qui de maitriser ses allergies en 8 semaines. Vous bénéficiez de toute l’expérience que j’ai emmagasinée lors de mes recherches personnelles pour essayer de m’en sortir avec mes propres allergies. J’ai réalisé un épisode complet sur qui est Epigenise dans lequel vous pouvez connaitre tout mon parcours.

Chez Epigenise, nous proposons plusieurs services. Epigenise est le premier cabinet 100% dédié aux allergiques pour leur permettre de voir qu’en 8 semaines, ils peuvent maîtriser leurs allergies. Nous fournissons une garantie que personne ne peut donner : satisfait ou remboursé . En travaillant sur les causes, non sur les symptômes des allergies respiratoires, on obtient de résultats différents.

Pour obtenir plus d’informations, accédez à la page contact d’Epigenise.